Tchad : incursion rebelle en pleine présidentielle

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
« La situation est entièrement sous contrôle », a indiqué le gouvernement après  l'incursion de rebelles dans le nord du pays. Alors que le Tchad est en pleine tenue de la présidentielle de 2021, l'histoire choisit encore de bégayer. Ici, un soldat tchadien devant le palais présidentiel en 2008.
« La situation est entièrement sous contrôle », a indiqué le gouvernement après l'incursion de rebelles dans le nord du pays. Alors que le Tchad est en pleine tenue de la présidentielle de 2021, l'histoire choisit encore de bégayer. Ici, un soldat tchadien devant le palais présidentiel en 2008.

« Plusieurs colonnes de véhicules, lourdement armés, en provenance de Libye, ont fait une incursion à l'intérieur du Tchad pour attaquer » dimanche « le poste frontalier de douane de Zouarké », dans la province du Tibesti, à environ 1 000 kilomètres de la capitale N'Djamena, selon un communiqué du porte-parole du gouvernement. Le gouvernement tchadien a assuré que la « situation est entièrement sous contrôle » après une incursion de rebelles dans le nord du pays, en pleine tenue de l'élection présidentielle que le maréchal-président Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, est assuré de remporter. « Fixés et traités par l'aviation de l'armée de l'air tchadienne », les rebelles « sont en débandade et pourchassés par nos vaillantes forces de défense et de sécurité », a-t-il affirmé, assurant que « la situation est entièrement sous contrôle ».

À LIRE AUSSITchad : cinq choses à savoir

Des affrontements réguliers depuis longtemps

L'armée tchadienne avait auparavant expliqué que les rebelles observaient « une stratégie de l'évitement avec les forces de défense et de sécurité ». « Pour le moment, il n'y a pas d'affrontement entre les rebelles et les forces gouvernementales », a déclaré mardi à l'AFP un cadre de la province du Tibesti, sous le couvert de l'anonymat. « Ils se voient de loin, mais évitent la confrontation directe, l'armée craint de tomber dans une embuscade qui pourrait être tendue par des rebelles dissimulés dans la zone », a-t-il poursuivi. Zouark [...] Lire la suite