Tchad : incendie meurtrier d'un dépôt de munitions de l'armée à N'Djamena

Le plus important dépôt de munitions de l'armée tchadienne a pris feu, dans la nuit de mardi à mercredi, provoquant la mort d'au moins 9 personnes et de puissantes explosions dans la capitale N'Djamena. Ce premier bilan chiffré risque de ne pas être définitif car des blessés sont dans un état "gravissime", a précisé le ministre de la Santé publique, Abdelmadjid Abderahim.

Le gigantesque incendie qui a embrasé le principal dépôt de munitions de l'armée tchadienne et provoqué des explosions en chaîne, dans la nuit de mardi 18 à mercredi 19 juin, dans la capitale du Tchad N'Djamena, a fait au moins neuf morts et 46 blessés, selon le gouvernement.

Ce premier bilan chiffré du sinistre risque de ne pas être définitif car des blessés sont dans un état "gravissime", a précisé le ministre de la Santé publique, Abdelmadjid Abderahim, devant la presse à la mi-journée. Il n'a pas donné le détail du nombre de victimes civiles et militaires.

L'origine du sinistre n'est, d'après les premiers éléments, "pas criminelle", avait affirmé un peu plus tôt à l'AFP Abderaman Koulamallah, ministre des Affaires étrangères et porte-parole du gouvernement.

Pendant deux heures, au cœur de la nuit, d'innombrables explosions très puissantes ont embrasé le ciel au-dessus de l'arsenal du quartier de Goudji, dans le nord de la capitale tchadienne, et fait trembler des édifices jusqu'à 6 ou 7 km autour, selon les témoignages de journalistes de l'AFP.

Assise sur une natte devant des maisons en ruine, une famille du quartier d'Amsinéné, qui jouxte Goudji, pleure une fillette de six ans.


Lire la suite sur FRANCE 24