Tchad: la délégation du GCAP empêchée de tenir meeting à Abéché [Récit]

Au Tchad, après une tournée de cinq jours dans le sud du pays qui leur avaient permis de battre campagne pour le boycott de la présidentielle prévue le 6 mai, dans 7 provinces du pays pratiquement sans incidents, la caravane des leaders du Groupe de concertation des acteurs politiques, le GCAP avait pris la route du Nord il y a 3 jours. Mais le coordinateur de ce groupe d’opposants farouchement opposés à la transition assure qu’ils ont été arrêtés hier, jeudi, dans l'après-midi à l’entrée de la ville d’Abéché, le chef-lieu de la province de l’Ouaddaï sur ordre de son gouverneur qui venait de refuser de les recevoir pour qu’ils lui fassent leurs civilités avant de commencer leurs activités politiques. La suite nous est racontée par Max Kemkoye, joint à Abéché par notre envoyé spécial au Tchad, Esdras Ndikumana.

« J'ai fait l'objet d'une arrestation musclée avec trois de nos amis ; (nous avons été) débarqués de nos véhicules, puis montés de force dans le pick-up des forces de défense et de sécurité, (qui nous a emmenés), fusil sur la tempe, à la résidence du gouverneur. (Il) nous a signifié vertement que nous sommes interdits d'activité dans la province du Ouaddaï et dans la ville d'Abéché, depuis qu'ils ont reçu une fiche venant du Renseignement comme quoi nous serions en train de préparer quelque chose de grave sur la ville d’Abéché et dans la région ou la province du Ouaddaï.

Après nous avoir dépouillé de tous nos tracts, de tout ce que nous avions comme documents, ils nous libèrent deux heures trente plus tard, nous demandant de continuer simplement à aller dans la ville, (d'y) dormir sans faire d’activité. Et nous avons préféré, cette nuit, même avec tous les risques que nous courons, repartir sur Ndjamena ».


Lire la suite sur RFI