Le Tchad déclare l’urgence alimentaire

PHOTO ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP

Selon le site du quotidien tchadien Al Wihda Info, “le président du Conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Déby, a signé le 1er juin un décret portant déclaration de l’urgence alimentaire et nutritionnelle”.

Face à ce que les autorités ont qualifié de “détérioration constante de la situation”, c’est le dispositif national de prévention et de gestion des crises alimentaires et nutritionnelles, mis en place en 2017, qui a été installé.

Cette décision, précise succinctement l’article, a été prise “compte tenu du risque grandissant que les populations encourent si aucune assistance humanitaire comprenant une aide alimentaire et d’autres activités de relèvement et de renforcement des moyens d’existence et de la nutrition n’est apportée”.

Les autorités tchadiennes en ont également appelé à l’assistance humanitaire d’urgence de “tous les acteurs nationaux et les partenaires internationaux” pour venir en aide aux populations identifiées comme étant en “phase de crise” et à celles “en phase d’urgence”.

Inquiétude au Burkina Faso

Cette décision traduit la dégradation de la situation alimentaire au Tchad et, plus largement, en Afrique de l’Ouest, notamment en raison de la flambée des cours des céréales et des huiles, qui pèsent sur les pays africains, très dépendants pour leur alimentation des importations en provenance d’Ukraine ou de Russie. Le site AfricaNews rappelle ainsi que, selon l’ONU, plus du tiers de la population tchadienne, soit 5 millions et demi d’habitants, avait besoin d’une aide humanitaire d’urgence en 2021.

Au Burkina Faso, la situation alimentaire inquiète également, affirme Wakat Séra. Face à la flambée des prix des denrées alimentaires, le gouvernement burkinabé a multiplié “les rencontres avec de nombreux acteurs afin d’éviter une crise majeure de plus”.

“Pour le gouvernement, il s’agit d’apporter une subvention pour certains produits et de voir également sur le plan international l’obtention de vivres pour les populations vulnérables car, témoigne le ministre du Commerce, Abdoulaye Tall, ‘nous avons remarqué que les prix ont augmenté, parfois de façon déraisonnée’”, précise le quotidien burkinabé.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles