Tchad: le couvre-feu, instauré après des manifestations sanglantes, est allégé

AP

Après la répression des manifestations du 20 octobre, le gouvernement a fait un geste en faveur de la population en repoussant l'entrée en vigueur du couvre-feu, à compter du mercredi 26 octobre. Au lieu de 18 heures, il est désormais en vigueur à partir de 22 heures et jusqu’à 6 heures du matin. Une décision espérée, mais les Ndjamenois demandent plus.

Avec notre envoyé spécial à Ndjamena, Yves-Laurent Goma

Sur le marché de Moursal, dans le 6e arrondissement de Ndjamena, un couturier salue l'allégement du couvre-feu qui est, pour ses collègues et lui, une excellente décision. « Nous sommes un peu contents », dit-il, avant de glisser que lui et ses amis veulent surtout que « le couvre-feu soit définitivement enlevé ».

Un autre homme du marché veut que tout redevienne « comme avant ». Avec le couvre-feu à 18 heures, « on était un peu stressés, on avait peur, on regardait toujours notre montre », ajoute un autre Ndjamenois en riant. « Les gens étaient presque séquestrés. À partir de 17 heures, ils fuyaient comme s'ils étaient pourchassés », renchérit un quatrième.

Dans les rues de Ndjamena, ils sont aussi nombreux à réclamer le rétablissement d'internet, coupé dans certains quartiers.


Lire la suite sur RFI