Tchad: le Conseil national de transition s'indigne de l'enquête en France sur les dépenses du président Mahamat Idriss Deby

Le Conseil national de transition a réagi vigoureusement par la voix son Premier vice-président, hier (vendredi) à l'ouverture de la session extraordinaire à Ndjamena, en dénonçant « une accusation lâche » qui ne vise qu'à ternir l'image du président.

C'est la première réaction publique d'un officiel au Tchad, après l'annonce en début de semaine par la presse française qu'une enquête préliminaire avait été ouverte en France dès janvier de cette année, contre le président Mahamat Idriss Deby pour « détournement et recel » concernant des dépenses vestimentaires de la présidence tchadienne pour plus de 900.000 euros à Paris il y a trois ans.

À lire aussiTchad: le président Déby visé par une enquête en France pour de soupçons de bien mal acquis

Le Conseil national de transition qui tient lieu de Parlement provisoire s'est exprimé par la voix d' Ali Kolotou Tchaimi, premier vice-président du CNT. Des propos recueillis par Esdras Ndikumama, de la rédaction Afrique.

« Il y a des faits d'actualité qui ne peuvent pas laisser indifférent le Conseil national de transition. Le Conseil national de transition a appris avec une très grande surprise les allégations partisanes relayées en boucle par des médias internationaux, mettant en cause le président de la République, chef de l'État, Mahamat Idriss Deby Itno.


Lire la suite sur RFI