Tchad: chaise vide de l'UST et de partis d'opposition au 2e Forum national inclusif

·2 min de lecture

Au Tchad, le deuxième Forum national inclusif convoqué par le gouvernement, du 29 au 31 octobre prochain, pour examiner la Constitution adoptée en mai 2018, ne fait pas l’unanimité. Plusieurs partis politiques d’opposition et la plus grande centrale syndicale, l'UST, estiment que ce forum ne fera que légitimer le pouvoir sans régler les vrais problèmes des populations.

avec notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

La plupart des partis politiques d’opposition et certaines associations de la société civile indiquent que le forum ne sera pas inclusif, parce que la participation n'y est pas assez ouverte. Six cents participants pour discuter pendant trois jours, cela ne suffit pas pour faire une Constitution digne de ce nom, grommelle un chef de parti d’opposition.

À lire aussi : Au Tchad, le président Déby met en place une commission de relecture de la Constitution

Pour l’Union des syndicats du Tchad, qui n’entend pas participer au forum, cette réunion ne va rien résoudre au quotidien des Tchadiens. « L'UST informe l'opinion, tant nationale qu'internationale, qu'elle ne participera pas à ce forum pour légitimer ce qui n'apportera aucun résultat profitable aux couches populaires, et lance plutôt un appel aux travailleurs à se mobiliser pour défendre leurs droits à la vie par leurs propres luttes », explique Gounou Vaima Ganfare, secrétaire général de l’UST.

En 2018, le Forum national inclusif avait regroupé 1200 participants sans faire l’unanimité, là non plus, sur son caractère inclusif. Cette fois-ci, le comité a réduit la voilure à 600 participants et 7 forums régionaux pour 23 provinces en raison de la pandémie du coronavirus.

À lire aussi : sur les conclusions de ce forum : Tchad, vers un régime présidentiel intégral

Les pourfendeurs du deuxième forum y voient un argument de plus pour critiquer sa représentativité.