Publicité

Tchad: une bibliothèque Ibni-Oumar-Mahamat-Saleh ouvre ses portes à Abéché

L'opposant est porté disparu depuis le 3 février 2008 et son enlèvement à Ndjamena, au moment où l'armée tchadienne venait de repousser avec l'aide de la France une offensive rebelle aux portes de la capitale. Un lieu de savoir à son nom est inauguré dans la troisième ville du pays le samedi 3 février.

Ce jour de février 2008, des militaires de la Garde présidentielle avaient alors arrêté plusieurs opposants, leur faisant subir de mauvais traitements. Parmi eux, Ibni Oumar Mahamat Saleh n'est jamais réapparu. Seize ans plus tard, ses proches ne perdent pas l'espoir de voir éclater la vérité, et tentent de rendre hommage à cet universitaire respecté.

À lire aussiTchad: disparition d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, l'enquête doit se poursuivre (ACAT)

De cette ville d'Abéché, où il tente, avec son ONG Action humanitaire africaine, de venir en aide aux centaines de milliers de réfugiés soudanais présents dans l'est du Tchad, Ibni Oumar Mahamat Saleh fils assure qu'il continue de demander des « réponses » aux autorités tchadiennes, comme il l'a fait lors du dialogue national fin 2022.

Honorer la mémoire du père

« Nous demeurons convaincu que peu importe la longueur de la nuit, l'aube finit toujours par arriver. Le combat pour la justice est un chemin difficile mais avec nos soutiens, nous restons déterminés à obtenir des réponses et à honorer la mémoire de ce grand homme qui a consacré toute sa vie à la vérité et à la démocratie », dit-il.


Lire la suite sur RFI