Tchad: après la mort d’Idriss Déby, un nouveau chef au bout de la nuit

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·5 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les rumeurs ont couru, les questions ont commencé à naître. Ce 20 avril 2021, la nouvelle de la mort d’Idriss Déby est annoncée par un groupe de militaires qui apparaît à la télévision : le CMT, le Conseil militaire de transition, avec à sa tête Mahamat Idriss Déby, le fils du président défunt. La création de ce conseil, chargé de préserver la stabilité et la permanence du pouvoir en place, s’est faite entre le 19 et le 20 avril, après des échanges entre les grandes figures du régime. Retour dans ce troisième volet de notre enquête sur les discussions qui ont conduit à la réorganisation du pouvoir tchadien.

Il est 13h15, ce mardi 20 avril 2021, lorsque quinze généraux en treillis sable apparaissent à la télévision tchadienne. Trois hommes sortent du rang. Celui qui s’approche du micro est le général de brigade Azem Bermandoa Agouna, porte-parole de l’armée. Il lit le communiqué annonçant la mort d’Idriss Déby, des suites de blessures reçues au front. À sa droite, un homme de taille modeste aux traits jeunes et aux petites lunettes. Le général Mahamat Idriss Déby prend la tête du Conseil militaire de transition (CMT). Il est le fils du défunt. À sa gauche, la grande et massive carrure du général de division Djimadoum Tiraina, ministre délégué à la défense au moment des faits. Il devient le vice-président du CMT.

Le maréchal du Tchad est mort depuis plus d’une journée. Tout le lundi, la rumeur a circulé dans les cercles du pouvoir qu’il avait été blessé, mais sans inquiéter outre mesure : « dans ma génération, on a tous été blessés plusieurs fois, on a tous des souvenirs », explique un ancien farouche adversaire d’Idriss Déby devenu son conseiller, « il y avait bien un gros déploiement autour de la garde présidentielle et du palais, mais la ville était très calme, il n’y avait aucun signe de panique ». « On a entendu ça, mais on n’avait aucune confirmation », affirme un diplomate. De retour de Sarh, le président de l’Assemblée nationale, Haroun Kabadi, constate lui aussi « les chars déployés » entre l’aéroport et la présidence, mais rentre chez lui sans s’en émouvoir outre mesure.

Le ton change néanmoins dans l’après-midi. Chargé d’assurer l’intérim à la tête de l’État en cas de vacance du pouvoir, Haroun Kabadi est d’abord informé que le président est « rentré » sans plus de précisions. Le soir, on lui demande de venir à la présidence. « On me dit d’abord qu’il est blessé, puis dans la nuit, son fils Abdelkerim m’informe de son décès. » Abdelkerim Idriss Déby, dit « Kerimo », est alors le directeur adjoint du cabinet de son père, il est aux premières loges de la transition qui s’ébauche. C’est toujours, un an plus tard, un acteur central puisqu’il est resté auprès de son frère. Il a reçu RFI à la présidence quelques instants. Il préfère esquiver les questions sur le sujet « pour ne pas brouiller le message sur l’action dans le présent et l’avenir ».

► À lire aussi, le premier volet de notre enquête : Tchad: les derniers jours du maréchal Idriss Deby

Mahamat Idriss Déby a résumé les faits en novembre 2021 sur France 24 : « Arrivé à Ndjamena, le chef d’état-major général des armées (le général Daoud) a informé le président de l’Assemblée. Il lui a demandé de venir prendre ses responsabilités constitutionnelles. Ce qu’il a, évidemment, refusé, en tenant compte de la situation de guerre de notre pays. Il a jugé qu’il n’était pas opportun pour un civil de présider aux destinées du pays. » La vacance du pouvoir est en tout cas constatée par le président de la Cour suprême, Samir Adam Annour, qui a vu le corps du défunt. Il n’a pas donné suite à nos sollicitations.

« Je ne voulais pas de vide sécuritaire, avec la guerre à 300 km d’ici. La gloire et 90 jours au pouvoir semblaient bien peu face au risque de basculement du pays. »

Haroun Kabadi

Un an après, Haroun Kabadi, aujourd’hui président du Conseil national de transition (qui fait office de parlement provisoire), appuie cette version. Celui qui est aussi le secrétaire général du Mouvement patriotique du salut, le parti de feu Idriss Déby, assure qu’il a pris lui-même la décision de se mettre en retrait : « On m’a insulté, traité de poltron, mais je l’ai fait par choix, face à une situation d’exception. Personne ne m’a contraint, on ne m’a pas mis de pistolet sur la tempe. Dans cette séquence, il fallait surtout préserver la combativité des soldats confrontés à la perte de leur chef suprême. Je ne voulais pas de vide sécuritaire, avec la guerre à 300 kilomètres d’ici. La gloire et 90 jours au pouvoir semblaient bien peu face au risque de basculement du pays. Et les faits m’ont donné raison puisque les troupes sont restées mobilisées et que la guerre a été gagnée. »

D’autres interlocuteurs proches du pouvoir soulignent qu’il n’avait pas d’autre solution que de s’effacer. « Il était impossible d’avoir un président civil qui ait une emprise sur les militaires. On ne pouvait pas mettre quelqu’un qui n’a jamais tiré un coup de feu alors que la guerre était à 300 kilomètres. Parfois la réalité prend le pas sur les principes », dit crûment un officiel, selon qui, en réalité, c’est le chef d’état-major des armées, le général Daoud, « qui a tout géré, de l’évacuation du corps à l’organisation de la transition ».

Une liste de quinze généraux pour conduire la transition

Alors qu’Haroun Kabadi choisit de faire primer « le principe de réalité sur le droit », un groupe de militaires du premier cercle et de membres du clan est en réalité à pied d’œuvre depuis plusieurs heures pour « limiter les dégâts », réduire les risques que la fin d’Idriss Déby crée pour le pays et pour eux-mêmes. Selon nos informations, on y trouve les généraux Taher Erda, un fidèle de trente ans qui dirige le renseignement militaire, Djimadoum Tiraina, désormais vice-président du CMT, Bichara Issa Djadallah, chef d’état-major particulier du Maréchal (un poste qu’il a retrouvé auprès de son fils), et Ahmat Youssouf Mahamat Itno, un neveu du chef de l’État. Mahamat Idriss Déby et le chef d’état-major, le général Daoud, rentrés à Ndjamena dans la journée, les rejoignent, tandis que dans le même temps, leurs troupes assurent la victoire militaire sur le Fact dans le Kanem.

Ils mettent sur pied une liste de quinze généraux, amenés à conduire la transition, qu’ils soumettent au président de l’Assemblée : « J’ai vu la liste et leur ai dit de ne pas la toucher, car je sentais que ces gens là se faisaient confiance », souligne aujourd’hui Haroun Kabadi.

La « confiance », c’est le terme employé par plusieurs acteurs de cette transition pour justifier le choix de Mahamat Idriss Déby comme président de ce CMT. « Il connaît ses hommes, il est respecté », dit l’un d’eux, « c’était le choix naturel ». « Il présentait l’intérêt d’être un militaire connaissant le terrain, d’avoir des liens familiaux au sein de plusieurs ethnies (sa mère est gorane) et d’être présentable aux partenaires du pays », synthétise un universitaire local. De fait, avoir servi au Mali avec le contingent tchadien donne à « Kaka », le surnom dont il a hérité après avoir été élevé par sa grand-mère paternelle, du crédit auprès de la France, souligne un conseiller à la présidence, qui brosse le portrait reluisant d’un homme « généreux, pondéré, frugal et pieux ».

À l’extérieur du palais ce lundi 19 au soir, les militants du MPS attendent longuement l’arrivée de leur champion, que la Commission électorale vient d’annoncer réélu pour un sixième mandat avec 79,32% des voix. « C’est là qu’on a trouvé étrange de ne pas le voir, qu’on a compris qu’il se passait quelque chose », se rappelle aujourd’hui un diplomate étranger.

► À (re)lire : Présidentielle au Tchad : Idriss Déby réélu dès le premier tour, selon les résultats provisoires

Des résultats comme une dernière légitimation posthume ? « C’est bien possible », grince un de ses adversaires au scrutin. « Les gens de la Céni n’avaient aucune idée de ce qui se passait », assure pour sa part un ministre. Quoi qu’il en soit, ces résultats provisoires ne seront jamais avalisés par la Cour suprême. Ils n’ont donc aucune valeur juridique et auraient dû conduire à l’organisation d’un nouveau scrutin. Mais le pouvoir est déjà entre les mains des militaires. Au petit matin, les autres membres du CMT, prévenus de leur cooptation par téléphone, se présentent en uniforme. Le communiqué est lu aux Tchadiens sur les médias nationaux, la Constitution est suspendue, le gouvernement et l’Assemblée dissous, des élections sont promises dans un délai de 18 mois. D’ici là et dans l’hypothétique tenue des délais, c’est toujours un Déby qui présidera aux destinées des Tchadiens.

« Mort d’Idriss Déby : enquête sur la grande énigme » est une investigation coordonnée par François Mazet et Florence Morice, avec Franck Alexandre, Madjiasra Nako et Esdras Ndikumana.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles