Le Tchad accepte une mission d’enquête internationale sur les événements du 20 octobre

REUTERS - MAHAMAT RAMADANE

Les autorités du Tchad ont accepté qu’une mission d’enquête internationale soit déployée pour faire la lumière sur les violences du 20 octobre où les manifestations, opposées à la transition, ont officiellement fait une cinquantaine de morts et 300 blessés. Une mission de facilitation de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) est en cours depuis le 25 octobre.

Avec notre envoyé spécial à Ndjamena, Sébastien Nemeth

« La vérité est importante. Il y a eu mort d’homme. Chaque camp donne sa version. La population doit savoir », explique Didier Mazenga Mukanzu. Pour le ministre congolais de l’Intégration régionale, un des deux envoyés spéciaux de la CEEAC, « il faut savoir qui a envoyé qui et pour faire quoi ».

D’où l’idée d’une mission d’enquête internationale. Mission acceptée, sur le principe, par le Tchad. « La collaboration d’étrangers peut aider. La CEEAC est dans son rôle », confie une source diplomatique tchadienne. Mais les détails sont encore à préciser. « L’idée est validée, mais ces enquêteurs seront-ils indépendants ? Seront-ils intégrés à une équipe tchadienne, c’est à voir », indique un officiel tchadien.

L’opposant Succès Masra a quitté le pays

En tout cas, la délégation de la CEEAC n’a pas chômé à Ndjamena. Elle a rencontré, entre autres, le Premier ministre, le chef de la diplomatie, des diplomates, des religieux. « Il ne faut pas dramatiser. Le Tchad doit aller aux élections. Et nous devons l’accompagner », indique Didier Mazenga Mukanzu, saluant au passage « une volonté d’avancer » démontrée par toutes les parties…


Lire la suite sur RFI