La Tchétchénie accusée de rafler et torturer les homosexuels

Libération.fr
Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, à Moscou, le 1er décembre 2016.

Un journal russe indépendant affirme qu'une centaine d'hommes ont été arrêtés à cause de leur «orientation sexuelle non traditionnelle».

Depuis une dizaine de jours, des nouvelles alarmantes sur la situation des homosexuels parviennent depuis la république autonome de Tchétchénie. Le régime de Ramzan Kadyrov, très conservateur et régulièrement accusé de violations des droits de l’homme, a mis en place il y a quelques années une campagne de renaissance des traditions musulmanes, faisant le lit d’un islam extrémiste au sein même de la fédération de Russie. 

Selon le journal d’opposition russe Novaïa Gazeta, les autorités ont mené en mars une grande opération de répression de l’homosexualité, au cours de laquelle au moins trois hommes sont morts et une centaine d’autres arrêtés pour «orientation sexuelle non traditionnelle». Parmi eux, se trouveraient des personnalités d’influence et proches du pouvoir, des représentants de l’Eglise orthodoxe et deux présentateurs de télévision. A l’appui de ces graves accusations, le journal moscovite cite des témoignages d’activistes LGBT, de membres des services secrets et le ministère de l’Intérieur tchétchène lui-même. 

«Il n’était plus qu’un sac d’os»

Dans son article paru le 1er avril, Elena Milashina écrit que, «au Caucase, afficher ouvertement son homosexualité revient à signer son arrêt de mort». La journaliste russe, qui avait il y a deux ans fait éclater un scandale de mariage forcé, rapporte que même ceux qui ont réussi à se cacher ne sont pas en sécurité. «En Tchétchénie, l’ancienne coutume du crime d’honneur s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui. Il permet d’effacer la honte d’une famille en tuant celui ou celle qui l’a causée», explique-t-elle. Cette vague de répression aurait été causée par la demande de la communauté GayRussia.ru d’organiser des Gay Prides dans quatre villes du grand district du Caucase du Nord. Un projet relayé par les médias locaux, ce qui a généré des protestations violentes dans la région et (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Assad pire qu’Hitler: le porte-parole de Trump dit avoir «trahi» sa confiance
Syrie: les Etats-Unis «prêts à contribuer à mettre fin à ce conflit»
Le gratin politique brésilien au menu de la Cour suprême
Trump a informé Xi de la frappe en Syrie au moment du dessert
Monténégro: «informations crédibles» du soutien russe au coup d’État avorté (Maison Blanche)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages