La Tchétchénie accusée d'arrêter et de torturer les homosexuels

Une centaine d'homosexuels ont été arrêtés en Tchéchénie. Certains ont disparu depuis, d'autre ont été tués. Alerté, le secrétariat d’Etat américain réclame l’ouverture d’une enquête.

Au moins une centaine d'hommes homosexuels ont été arrêtés et torturés par les autorités tchétchènes. Depuis fin mars, une vaste opération de répression à leur encontre a été lancée, affirme le journal Novaya Gazeta, repris par Courrier international. Une information confirmée, ce mercredi par l'ONG Human Right Watch (HRW). 

"Nous travaillons en Tchétchénie depuis de nombreuses années. Et il y a quelques semaines, des militants sur place ont commencé à nous rapporter des cas d'arrestations, de disparitions, de tortures et de viols de personnes homosexuelles", détaille à BFMTV.com Boris Dittrich, directeur en charge des questions LGBT à HRW.

Parmi les personnes arrêtées se trouveraient des représentants des instances religieuses du pays, dont certaines proches de Ramzan Kadyrov, le dirigeant autoritaire de la Tchétchénie, un Etat situé dans le Caucase Nord et rattaché à la Russie.

"Vous entendez les cris des gens"

Là, dans les prisons secrètes d'Argoun, non loin de Grozny, les personnes emprisonnées sont contraintes de livrer les noms de leurs amis homosexuels.

"Plusieurs fois par jour, nous étions emmenés et passés à tabac. La première chose qu'ils voulaient connaître, c'était notre réseau", raconte un ancien détenu dans le journal indépendant russe. "Lorsqu'ils envoient le courant, le corps se met à trembler. Vous arrêtez alors de penser et vous commencez à pleurer....

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages