Taylor Swift voit son catalogue vendu à nouveau, faute de pouvoir négocier

Valentin Etancelin
·Journaliste, Le HuffPost
·1 min de lecture
Taylor Swift, ici en concert à Nashville en septembre 2020, a entamé le réengistrement de ses premiers disques pour en disposer des droits. (Photo: ACMA2020 via Getty Images)
Taylor Swift, ici en concert à Nashville en septembre 2020, a entamé le réengistrement de ses premiers disques pour en disposer des droits. (Photo: ACMA2020 via Getty Images)

MUSIQUE - Ce lundi 16 novembre, la chanteuse américaine Taylor Swift s’est fendu d’un message sur Twitter pour annoncer à ses abonnés une bien mauvaise nouvelle. Ses six premiers albums ont de nouveau été vendus, sans qu’elle ne puisse rien faire, à une autre maison de disques, apprend-on.

Entre les mains du producteur américain Scooter Braun, qu’elle accuse depuis plusieurs mois de l’empêcher de jouer ses propres morceaux sur scène, ils ont été acquis par Shamrock Holdings, un fonds d’investissements privé. C’est la deuxième fois en un peu plus d’un an qu’une situation de ce genre se produit.

Au mois de juillet 2019, la jeune femme, qui a toujours espéré détenir les droits de sa propre musique, s’était dite “dégoûtée” que Scooter Braun fasse l’acquisition de son catalogue. Célèbre producteur aux États-Unis, il est derrière la carrière musicale de certains artistes mondialement connus comme Ariana Grande, Justin Bieber ou encore Kanye West, ennemi de toujours de la chanteuse.

Elle expliquait avoir eu le sentiment d’être dépouillée de son art. Pire, que celui-ci se retrouvait dans le portefeuille d’un homme qu’elle accuse d’être à l’origine du harcèlement qu’elle a pu subir de longues années.

Des réenregistrements en cours

Ce lundi, Taylor Swift a eu l’impression de voir l’histoire se répéter. D’après son message sur les réseaux sociaux, on lui aurait proposé de s’associer à Shamrock dans le rachat de sa musique. Cependant, elle aurait refusé. “Dès que nous avons commencé à discuter avec [eux], j’ai appris que, ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.