Taxes, plafonnement des prix : les propositions des eurodéputés pour réduire la facture énergétique

Comment faire baisser le prix de l'énergie au niveau européen? Les eurodéputés suggèrent plusieurs mesures pour réformer le secteur.

L'Union européenne a atteint son objectif de remplir les réserves de stockage de gaz à hauteur de 80 % pour se préparer à un hiver qui s'annonce difficile. Mais cela ne sera pas suffisant. C'est pourquoi la présidente de la Commission européenne a brisé un tabou en annonçant une "intervention d'urgence" et une réforme structurelle du marché de l'énergie.

Ses premières conséquences sont déjà visibles.

"Nous avons vu comment les prix du gaz ont été réduits de 30 ou 40%, nous ne savons pas si c'est une coïncidence mais ça n'en a pas l'air. Il y a une spéculation sur le marché du gaz que nous devrons analyser et la Commission européenne dispose des outils pour le faire", a déclaréNicolás González Casares, député européen S&D, Espagne.

Le Parlement européen a déjà discuté de certaines idées comme des taxes sur les bénéfices exceptionnels ou un plafonnement des prix comme mesures à court terme.

Mais l'une des principales réformes du marché pourrait être de découpler le prix du gaz de celui de l'électricité.

Sur le marché de l'énergie de l'UE, la dernière centrale électrique nécessaire pour répondre à la demande globale est celle qui fixe le prix du MW. Et elle a tendance à être la plus chère. Avec la montée en flèche du prix du gaz, c'est tout le système qui est touché.

Pour la gauche, il faut plus de transparence dans la façon dont les prix sont fixés.

"Nous devons nous orienter vers un système de tarification plus juste, plus transparent, avec plus de contrôle public et, surtout, qui nous fait payer l'énergie que nous consommons réellement et un coût qui ne gonfle pas le prix de l'énergie de manière artificielle", estime Sira Rego, députée européenne La Gauche unitaire, Espagne.

Pour ce député allemand, il faut plus d'investissements au niveau européen, à commencer par plus d'interconnexions pour garantir la solidarité entre les Etats membres.

"Nous devons remanier les priorités du programme d'investissement de l'UE. Nous ne pouvons pas dépenser 500 millions et ne pas avoir de projets transnationaux d'infrastructures énergétiques. Ce serait la priorité numéro 1, car cela envoie des signaux de prix qui agissent réellement à moyen terme sur le coeur du marché", a déclaréChristian Ehler, député européen PPE, Allemagne.

Les ministres européens de l'énergie tenteront de trouver une solution lors d'une réunion extraordinaire la semaine prochaine, avant l'arrivée du froid.