Taxe Gafa, G7, taxe Tobin… Les cinq reculs de Macron sur la scène internationale

Emmanuel Macron et Donald Trump négocient durement sur la taxe Gafa.

La suspension de la "taxe Gafa" (pour Google, Apple, Facebook et Amazon) par la France sous la pression des États-Unis marque un nouveau recul d’Emmanuel Macron sur le plan de l’économie internationale, même s’ils ne sont pas légion. Tour d’horizon.

Taxe sur les Gafa suspendue

Pour les Américains, la plaisanterie avait assez duré. Le 1er janvier 2019, la France avait mis en place une taxe de 3 % sur le chiffre d'affaires réalisé par les géants du numérique sur son sol, qui devait en théorie lui rapporter 500 millions d'euros par an. Ce n’était pas du tout du goût de Donald Trump, qui a menacé de surtaxer jusqu’à 100 % des importations de sacs à main, de fromages et de vins français, soit 2,4 milliards d’euros de produits. Assez pour pousser Emmanuel Macron à suspendre la taxe lors d’une conversation téléphonique avec son homologue américain, ce lundi 20 janvier 2020. Deux jours plus tard, à Davos, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a précisé les termes du nouvel accord : en échange de la suspension de la taxe Gafa, les Américains ont accepté de suspendre leurs sanctions, dans la durée durant laquelle la France reportera le paiement des acomptes dus par les géants du numérique. Entre temps, les deux nations comptent "avancer vers un objectif commun" : une taxation du numérique dont l’architecture sera définie en coopération avec l’OCDE. Mais on voit désormais mal les Français imposer leur vue à Washington sur ce dossier.

Lire la suite