Taxe d’habitation, taxe sur les logements vacants : risquez-vous de payer plus d’impôts en 2024 ?

Pour inciter à louer ou à vendre des biens inoccupés, certaines communes ont mis en place une taxe sur les logements vacants. Un décret publié au Journal officiel élargit la liste des villes qui pourront recourir à cette taxe à partir de 2024.

Propriétaires, une fois de plus, vous risquez d’être frappés au porte-monnaie. Le gouvernement vient en effet de publier samedi 26 août, au Journal officiel, un décret qui élargit la liste des villes éligibles à la taxe sur les logements vacants (TLV). Pour rappel, cette taxe créée en 2013 est payée par les propriétaires ou par les usufruitiers d’une résidence inoccupée depuis au moins un an. Elle peut être instituée après une délibération municipale. Actuellement, 1.140 communes peuvent appliquer la TLV. Celles-ci sont localisées dans des zones dites “tendues” - qui connaissent un fort déséquilibre entre l’offre et la demande de logement -, dans des zones d’urbanisation continue de plus de 50.000 habitants. Le montant de la taxe est calculé en fonction de la valeur locative du bien.

En 2023, cependant, l’Assemblée nationale a voté une mise à jour de la liste des communes éligibles à cette taxe. De nombreuses nouvelles municipalités pourront donc elles aussi choisir de mettre en place un tel impôt local. Dans le détail, le ministère du Logement communique ainsi que 3.693 communes figureront dans le zonage éligible en 2024. Parmi celles qui seront intégrées dans ce club, on trouvera 294 nouvelles villes situées dans des zones urbaines de plus de 50.000 habitants. Mais surtout, 2.259 nouvelles communes touristiques, la plupart situées sur des littoraux ou des stations de montagne à l’habitat plus dispersé. Vous pouvez retrouver l’ensemble des villes qui seront éligibles en 2024 dans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Baisse d’impôt : faites-vous partie des classes moyennes ?