Taux de cholestérol élevé, maladies cardiaques et œufs : pas de lien réel

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique

C'est d'une nouvelle grande étude d'observation que proviennent ces résultats. Après avoir essuyé plusieurs polémiques, on sait que la consommation moyenne d'œufs n'augmente ni notre taux de cholestérol sanguin de manière significative ni notre risque relatif de souffrir d'une pathologie ou d'un évènement cardiaque. Cette étude d'envergure, analysant les données de plus de 177.000 personnes dans plus de 50 pays, vient enfoncer le clou de manière presque définitive. 

Il faut mettre en évidence un phénomène avant d'en chercher la cause

C'est la base de la méthode scientifique : avant de chercher la cause d'un phénomène quelconque, il faut d'abord démontrer que ledit phénomène existe. Or, toutes les études qui cherchent à montrer de potentiels mécanismes causaux entre jaune d'œuf et cholestérol ou maladies cardiovasculaires vont un peu vite en besogne. Une grande majorité des études d'observation mettent en évidence qu'avec une consommation raisonnable (entre 0,2 et 12,5 œufs par semaine), il n'existe pas d'associations entre cette dernière, le taux de transporteurs du cholestérol (les lipoprotéines que l'on appelle par abus de langage, bon ou mauvais cholestérol) ou l'incidence des maladies cardiovasculaires. Arrêtons donc de chercher la cause d'un phénomène qui ne semble pas exister. La consommation moyenne d'acides gras saturés, de cholestérol alimentaire ou d'œufs n'est pas corrélée à ces paramètres. La nouveauté de cette étude a été de mesurer cela chez différentes ethnies (Europe et Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique, Moyen-Orient, Asie). Et les résultats sont unanimes : aucune des cohortes ne révèle d'association entre la consommation d'œufs (variant de moins d'un par semaine à sept œufs ou plus par semaine), le taux de lipides sanguin et les maladies cardiovasculaires

On peut intégrer, raisonnablement, des œufs dans son alimentation quotidienne, sans craindre pour sa santé cardiovasculaire. © komokvm, Adobe Stock

N'ayez plus peur des œufs

Il ne faut...

> Lire la suite sur Futura