La tauromachie faisait déjà polémique au XVIème siècle mais pas pour les mêmes raisons qu'aujourd'hui !

Ça m'intéresse Histoire : Quelle est l’origine de la tauromachie ?

Frédéric Saumade : C’est une sorte de jeu ritualisé qui s’est développé à partir d’un mélange de traditions populaires ancestrales. On pense qu’elle remonte au développement de l’élevage, au néolithique, avec le pastoralisme. Taureaux et chevaux conservaient alors des comportements rustiques proches du sauvage. Quand les vachers les enfermaient, les animaux avaient tendance à charger et à se défendre parce qu’ils n’avaient pas l’habitude de l’homme. Ce jeu ritualisé se retrouve dans les sociétés pastorales de la péninsule ibérique, surtout la partie sud, et les marges françaises : les régions du sud-est et du sud-ouest, où il existait des traditions populaires de courses de taureaux. Un folklore de vachers, qui jouaient à se faire peur face à ces bêtes puissantes, et de garçons bouchers dans les faubourgs s’est développé à partir du Moyen Âge.

Ça m'intéresse Histoire : Ce serait donc une survivance du néolithique ?

Non, la tauromachie d’aujourd’hui n’est pas un résidu d’archaïsme barbare. C’est un spectacle moderne qui, certes, puise son imaginaire dans l'opposition entre l'homme et l'animal, mais est né de traditions plus récentes, populaires puis aristocratiques. En Espagne, à partir du XVIe siècle, il y a une conjonction des folklores de vachers avec les traditions équestres de la cavalerie nobiliaire. Les aristocrates intègrent le combat de taureaux dans les jeux équestres des armées. Il s'agit à la fois d'un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite