Ce taudis à vendre pour 730.000 euros est un vrai décor de film d’horreur

Litzler, Jean-Bernard
Une cuisine entièrement équipée... / Realtor.com

Cette petite annonce surréaliste présente dans le moindre détail les pièces délabrées d’une maison à vendre dans la banlieue de New York.

On connait l’émission «Cauchemar en cuisine», cette petite annonce américaine mériterait pleinement de passer dans un équivalent immobilier. Il n’est certes pas rare de trouver sur le marché des biens en très mauvais état, mais en général les petites annonces s’attardent sur les éléments les plus valorisés ou valorisables du logement. Par exemple, s’il y a de nombreuses photos du jardin et rien sur l’intérieur du logement, on sait en général à quoi s’en tenir.

» LIRE AUSSI - Ce capharnaüm s’est vendu très vite à 9000€/m² sans home staging

Ici, rien de tout cela: l’agent immobilier joue cartes sur table. Cette petite annonce repérée par le site américain TwistedSifter, publie une longue liste de photos de très bonne qualité technique mais toutes plus effroyables les unes que les autres. Affichée à 828.888 dollars (soit 738.000 euros tout de même), cette maison de 250 m² située dans le quartier new-yorkais de Queens est un vrai taudis dont chacune des pièces pourrait servir de décor à un film d’horreur. L’annonce très succincte se contente de dire que «la maison n’est pas vivable en l’état» mais les photos parlent d’elles-mêmes.

Crasse et délabrement

Seule la façade côté rue pourrait faire illusion quelques instants, tout le reste n’est que crasse, délabrement, murs lépreux et plafonds défoncés. Pourquoi alors toutes ces photos? Le site émet une hypothèse intéressante: ce type d’affaire n’est susceptible d’intéresser qu’un promoteur ou un investisseur qui récupérera au passage un terrain de près de 500 m² une fois la maison rasée. Dans ce cas, mieux vaut dissuader les acheteurs qui pensent pouvoir faire une rénovation à bon compte. De ce côté-là, mission accomplie: l’uniformité du délabrement de cette maison devrait refroidir les ardeurs de la plupart des amateurs de travaux.



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

À Marseille, il vivait avec 24 tonnes de déchets dans son logement 
Délabrée, une de ces maisons symbole de San Francisco a été vendue 3,2 M€ 
Cette bicoque à l’abandon pourrait être vendue 2,5 millions de dollars