Tarn-et-Garonne : le périple d’un maire déclaré mort par erreur

L'élu a appris son décès après avoir reçu une lettre à la mairie (illustration). - Credit:Philippe Paupert / France-Bleu Vaucluse / Radio France/Maxppp

L’élu a mis deux mois à prouver qu’il n’était pas décédé, rapporte RTL. Aujourd’hui, il en rigole : « Au moins, je savais que j’allais bien. »

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a commis une sacrée erreur, qui a demandé plusieurs mois à être réglée. L'institut a déclaré le décès de Xavier Prevedello, le maire de Saint-Porquier, dans le Tarn-et-Garonne. Seulement, l'élu est encore aujourd'hui bel et bien vivant. La bourde provient d'une confusion sur un certificat de décès rempli par le maire pour un habitant décédé dans sa commune, révèle RTL. L'Insee aurait alors confondu la mention « déclarant » avec « déclaré ».

En novembre dernier, la secrétaire de la mairie de Saint-Porquier annonce la nouvelle à l'édile après avoir reçu une note inattendue. « On se rend compte en fait qu'il faut me radier de la liste électorale à la suite de mon décès. Donc, elle m'appelle et me demande si je peux lui donner l'heure de mon décès », raconte-t-il à la radio, sans manquer d'humour. Afin d'éviter toute complication administrative, Xavier Prevedello contacte rapidement la préfecture pour lui expliquer la situation.

« Une expérience troublante »

Alors qu'il pense avoir réglé le problème, le maire reçoit à son domicile une lettre de l'Assurance maladie. Ce courrier contenait « un document pour que ma famille puisse toucher la prestation de décès », déplore-t-il. Au même moment, il constate que deux sites Web partagent son décès en ligne et craint alors que la nouvelle se répande dans la région. Après deux mois de péripéties, Xavier Prevedello parvient finalement à réparer cette er [...]

Lire la suite

VIDÉO - À cause d'un oubli administratif, ces retraités vivent dans leur voiture depuis un an