Tarn-et-Garonne: Jean-Michel Baylet se met en retrait et permet au PRG de reprendre le département

·2 min de lecture
Le PDG de la Dépêche du Midi Jean-Michel Baylet , le 2 avril 2015 - PASCAL PAVANI, AFP/Archives
Le PDG de la Dépêche du Midi Jean-Michel Baylet , le 2 avril 2015 - PASCAL PAVANI, AFP/Archives

Personnalité du Tarn-et-Garonne, Jean-Michel Baylet, ancien ministre et patron de La Dépêche du Midi, s'est mis en retrait, ce qui permis à son parti, le Parti radical de gauche (PRG), de reprendre le contrôle du département ce jeudi. Il était dirigé depuis 2015 par un de ses anciens proches, Christian Astruc, qui avait fait dissidence pour prendre la présidence du département, avec l'appui de la droite.

Soutenu par Jean-Michel Baylet, Michel Weill, un chef d'entreprise à la retraite, élu dans le canton de Montech et âgé comme son mentor de 74 ans, a été désigné jeudi président du conseil départemental dès le premier tour de scrutin.

"Michel Weill est un copain de plus de 40 ans, un homme de consensus, beaucoup moins clivant que moi", a déclaré Jean-Michel Baylet après l'élection.

Dimanche, les listes PS-PRG-DVG ont remporté 8 des 15 cantons, la droite en conserve 6, et pour la première fois le RN s'adjuge un canton, celui de Moissac.

Président du département pendant 30 ans

Cette victoire signe le retour des radicaux à la tête de ce département qui avait été dirigé pendant 30 ans par Jean-Michel Baylet (1985 à 2015).

Mercredi, à la veille du scrutin, l'ancien ministre a annoncé dans un communiqué de presse qu'il renonçait à reconquérir la présidence du département laissant la voie libre à un candidat plus consensuel.

"J'ai fait le choix de terminer ma vie publique là où je l'ai commencée à la Mairie de Valence d'Agen et à la présidence de la communauté de communes des Deux Rives", indique dans son texte Jean-Michel Baylet qui fut l'homme fort du parti radical de gauche de 1996 à 2016.

Député, sénateur et plusieurs fois ministre sous François Mitterrand et François Hollande, Jean-Michel Baylet avait pris la suite de sa mère Évelyne Baylet à la mairie de Valence d'Agen et à la présidence du Conseil général de Tarn-et-Garonne (1970-1982), où elle fut la première femme à occuper cette fonction.

En mars dernier, il avait été auditionné à Paris par la brigade de protection des mineurs sur des accusations de viols et agressions sexuelles sur mineur. Une enquête avait été ouverte en juin 2020 par le parquet de Paris. Des faits prescrits que Jean-Michel Baylet conteste, indiquait l'AFP.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles