Publicité

Tarifs des consultations : 2.000 médecins menacent de se déconventionner

Les relations entre les médecins et la Sécu ne sont toujours pas au beau fixe. Selon un dernier recensement de l’Union française pour une médecine libre (UFML), publié sur Twitter par son président Jérôme Marty, 1.925 sont prêts à tourner le dos à l’Assurance maladie. En clair, ces docteurs brandissent la menace de soigner leurs patients sans que ces derniers puissent être correctement remboursés par la Sécurité sociale. Et ce nombre communiqué par l’UFML pourrait encore grimper lors des prochaines assises du déconventionnement qu’elle organise le 10 juin à Lyon.

Une première édition des assises du déconventionnement s’est déjà tenue à Paris début mars, juste après le rejet unanime par les syndicats de la convention médicale proposée par le directeur général de l’Assurance maladie Thomas Fatôme. Pas moins de 400 docteurs avaient déjà promis de se déconventionner si ni la Sécu, ni le gouvernement ne changeaient de cap concernant les revalorisations des tarifs des consultations des médecins pour l’instant limitées à une hausse de 1,50 euro (aussi bien pour les généralistes que les spécialistes). Et les récentes propositions de loi visant soit à limiter la liberté d’installation des docteurs, soit à les contraindre à faire davantage de gardes les soirs et week-ends ne font que jeter de l’huile sur le feu. D’après les dernières données de l’Assurance maladie, seuls 796 médecins - dont 572 généralistes, 64 chirurgiens et 50 psychiatres - ne sont pour l’instant pas conventionnés. Soit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Chine : l'industrie et la consommation déçoivent, l'objectif de croissance pour 2023 "sera difficile à atteindre"
La France prend la tête de la croisade pro-nucléaire en Europe
En France, près de 17 millions de personnes souffrent d'hypertension et la moitié ne le sait pas
Migrations : qui est Amy Pope, à la tête de l'OIM ?
13 milliards d’euros investis en France par des entreprises étrangères, peut-on baisser les impôts des classes moyennes ?… Le flash éco du jour