Pour Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux, il ne faut pas confondre l'Islam et l'islam

·2 min de lecture
Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux et essayiste, invité de BFMTV lundi 25 octobre 2021 - BFMTV
Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux et essayiste, invité de BFMTV lundi 25 octobre 2021 - BFMTV

"L'islam est une foi, une croyance, qui demande d'être éclairée par la raison." C'est le postulat dont part, ce lundi matin, Tareq Oubrou, le grand imam de Bordeaux, invité de Jean-Jacques Bourdin pour BFMTV-RMC, pour évoquer son nouvel essai, Quelle place pour l'islam dans la République?, tout juste publié aux éditions First.

Pour ce défenseur d'un islam de France, la question est: "Comment réconcilier les lumières de la révélation avec les lumières de la raison?" Un sujet qui, d'après l'homme de foi, ne date pas d'hier et n'est pas propre à la société française. Mais lorsque quelqu'un croit en Dieu, qu'elles lois s'imposent: celles religieuses, ou de la République?

"La religion, c'est de l'ordre de la métaphysique, de la conscience intime de l'individu", répond notre invité, "la République, ses lois s'imposent à tous les citoyens quelles que soient leurs confessions".

Pour l'essayiste, il est important de distinguer "deux régimes distincts": "Le régime métaphysique, spirituel et la conscience profonde." Cette dernière, toujours selon lui, est la plus importante de toutes, "car la liberté de conscience est la plus profonde, c'est grâce à elle qu'on adhère ou pas à une religion". Or, poursuit le grand imam de Bordeaux, cette même "liberté" est "un principe, une valeur sacrée" garantie par "la République".

"Le droit des musulmans, c'est le droit français"

"Je dis toujours que le droit des musulmans, c'est le droit français", insiste-t-il. "Ils ne sont pas en dehors du droit, ils n'ont pas un droit parallèle."

Quelle peut être, donc, la place de l'islam dans la République française? Avant de se pencher sur cette épineuse question qui divise la société française et agite la classe politique en pleine campagne présidentielle, le religieux avertit: il faut être très précis.

"Tout dépend de ce qu'on entend par le mot 'islam', qui concentre beaucoup d'ambiguïtés et beaucoup de confusions", juge notre invité. "Si on parle de l'Islam avec un grand "I", en tant que civilisation, bien sûr que cet Islam-là n'est pas du tout compatible avec la République. Si on parle d'un islam religieux avec petit 'i', islam comme religion, mais interprété comme au Moyen-Âge, alors cet islam n'est pas compatible avec les valeurs de la République."

Reste, conclut Tareq Oubrou, "si on considère que cet islam est une foi, un culte, une éthique personnelle, qui s'exprime dans le cadre du droit français en vigueur et dans le cadre des principes de la République, cet islam existe et est possible". C'est ce qu'il défend, de nouveau, dans son dernier livre.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles