À Tarbes, une fête clandestine à l'hôpital en plein confinement

Alix Coutures
·Journaliste
·1 min de lecture
Les jeunes gens consommaient de l'alcool, sans respect de la distanciation sociale ni port du masque. (Photo: Google street view)
Les jeunes gens consommaient de l'alcool, sans respect de la distanciation sociale ni port du masque. (Photo: Google street view)

CONFINEMENT - Pas de masque ni de respect des gestes barrières, mais de l’alcool en quantité. Une vingtaine d’étudiants internes de l’hôpital de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, ont organisé une soirée clandestine dans la nuit de ce mercredi 11 au jeudi 12 novembre, en plein confinement, rapporte le quotidien régional La dépêche du midi.

Quatre participants à la fête ont d’abord été verbalisés vers 4 heures du matin par les policiers pour non-respect du confinement. C’est ce qui a permis aux forces de l’ordre de remonter jusqu’à la soirée organisée non loin, dans la résidence des médecins internes du centre hospitalier de Tarbes.

Parmi les fêtards se trouvaient des personnes extérieures à l’établissement, a affirmé une source policière au site d’informations Actu.fr. Les internes ont avancé dans un premier temps que la direction de l’hôpital avait donné son accord. Une version que le directeur de l’hôpital Christophe Bouriat dément auprès du quotidien régional.

Ils sont très affectés en ce moment, ils réalisent la gravité de leur acte Christophe Bouriat, directeur de l'hôpital

Le lendemain, ils auraient toutefois “reconnu les faits”, a estimé le directeur de l’établissement Christophe Bouriat au micro de France Bleu, qui dit leur avoir fait part de sa “colère, d’un profond mécontentement”. “Ce sont de futurs professionnels médicaux, ils soignent, c’est pourquoi on les a recadrés”, a-t-il estimé. Il a également indiqué prendre contact avec le doyen du CHU de Toulouse, dont dépendent ces médecins internes, pour juger des suites disciplinaires à donner.

Et le directeur de l’hôpital d’ajouter: “Je pense qu&rsquo...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.