Taranis : une erreur humaine est à l’origine de la perte en vol de Vega

Rémy Decourt, Journaliste
·2 min de lecture

Le lanceur léger Vega qui avait décollé mardi matin à 2 h 52, heure de Paris, a finalement raté sa mission. Huit minutes après son décollage, le lanceur a rencontré une « anomalie » du fait d’une « déviation de la trajectoire » a confirmé quelques minutes plus tard, en direct depuis le centre spatial de Kourou, Stéphane Israël, le P.-D.G. d’Arianespace.

À la suite de l’échec du 17e lancement d’un lanceur Vega, Jean-Yves Le Gall, président du Cnes, a déclaré : « Cet échec de Vega nous rappelle une fois encore que nous faisons un métier très difficile, où la frontière entre le succès et l’échec est extrêmement ténue. Les équipes vont immédiatement se remettre au travail pour analyser, comprendre et corriger les causes de cette défaillance afin de repartir en vol dans les meilleurs délais. »

Une erreur humaine est-elle à l'origine de la perte du lanceur ?

L’analyse préliminaire des données du vol indiquent que, immédiatement après le premier allumage du moteur du quatrième étage, une dégradation de la trajectoire a été constatée entraînant la perte de la mission. Le lanceur est retombé dans un périmètre proche de la zone prévue pour l’étage Zefiro 9 et totalement inhabité. Sur la base des premières investigations conduites cette nuit avec les données disponibles, un problème lié à l'intégration du système d'activation de la tuyère du quatrième étage Avum est la cause la plus probable à l’origine de la perte du contrôle du lanceur.

Enfin, et cela n’a pas été officiellement annoncé, il s’agirait d’un problème technique, consécutif à une erreur humaine. Ce n’est donc pas un problème de conception, comme cela a été le cas lors du premier échec de Vega en juillet 2019. Une situation qui laisse penser que le retour en vol du lanceur pourrait intervenir dans des délais assez courts !

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura