Tapage nocturne : l’enquête qui tombe mal pour le parti de Marine Le Pen

·1 min de lecture

Une soirée arrosée qui fait jaser. Le 13 décembre dernier, l'européduté RN, Jérôme Rivière reçoit avec son épouse trois invités à son domicile rue de Miromesnil à Paris, à deux pas de l'Elysée. Jusqu'ici tout va bien. Sauf que le dîner aurait dégénéré comme le rapportent nos confrères de l'Opinion ce 13 janvier. Vers minuit, le petit groupe aurait fait parler de lui, plusieurs voisins se plaignant "de 'la musique à fond', d’insultes et de doigts d’honneur qui leur sont adressés par la fenêtre ouverte". La police intervient sans réussir néanmoins à calmer les deux parties.

Lundi 11 janvier, Le Point mais également les journalistes de Médiapart s'étaient déjà emparés de l'affaire, ces derniers révélant une vidéo filmée par un adolescent depuis une fenêtre où l'un des convives déclare : "C’est pour les chasseurs de têtes. Ils vont te couper les cheveux, ils vont te raser la tête." Selon Jérôme Rivière, ses invités "n’ont à aucun moment tenu des propos qui pourraient s’apparenter à des menaces de mort", avant de préciser, "moi je n’ai jamais été à cette fenêtre et j’ai porté plainte pour dénonciation calomnieuse". Pour l'européduté RN, pas de doute, "il y a une claire volonté de politiser l’affaire et de nuire".

A ce dîner, qui s'est déroulé lors du second confinement, pas plus de six personnes se seraient trouvés autour de la table. Jérôme Rivière et son épouse donc, mais également Nicolas Lesage, ex-directeur de cabinet de Marine Le Pen, Arnaud Folch, ancien directeur-adjoint de (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Sonia Rolland et Tess : duo mère fille pour ses 14 ans
Gabriel Attal : sa mère lui a fait un drôle de cadeau de Noël
PHOTOS - Cécilia Attias : qui sont ses enfants ?
Affaire Olivier Duhamel : le commentaire acerbe de Coralie Dubost
VIDEO - "On est mauvais ! On est nuls !" : Pascal Praud s'agace sur le vaccin