La Tanzanie signe avec les géants gaziers Shell et Equinor un accord pour du GNL

Le gouvernement a signé samedi 11 juin un accord-cadre avec Shell et Equinor, des sociétés britannique et norvégienne, pour la construction d’un terminal de production et d’exportation de gaz naturel liquéfié. Le coût du projet est estimé à 30 milliards de dollars, soit 28,5 milliards d’euros.

C’est un projet de très grande ampleur qui va permettre d’ouvrir la voie à l’exploitation des importantes réserves de gaz de la Tanzanie, estimées à 1 630 milliards de mètres cube sur terre et en mer. Ce terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) sera construit dans la ville portuaire de Lindi, dans le sud-est du pays. À une centaine de kilomètres au large de cette ville, Shell et Equinor exploitent déjà plusieurs blocs avec d’autres compagnies qui recèleraient à eux deux plus de 1 000 milliards de mètres cubes de gaz.

Cet accord initial ouvre la voie à de nouvelles discussions qui auront pour objectif une décision finale d'investissement (FID) en 2025 et un début d'activité espéré à l'horizon 2029-2030.

Un projet de longue date

Le projet de 30 milliards de dollars était dans les cartons depuis plusieurs années, les deux géants gaziers pressant les autorités tanzaniennes de conclure l'accord. Le PDG de Shell et la vice-présidente d’Equinor avaient même mis quelque peu la pression l’an passé sur le gouvernement tanzanien pour débloquer ce projet suspendu depuis 2017.

« Les 70 000 milliards de shillings qui seront investis entraîneront une révolution majeure pour stimuler notre économie et le bien-être des Tanzaniens », a écrit sur son compte Twitter la présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles