La Tanzanie rend hommage au président Magufuli lors de funérailles nationales

·2 min de lecture

Cérémonie d’hommage national lundi 22 mars en Tanzanie, en l’honneur de John Magufuli, décédé mercredi dernier. Les funérailles du président tanzanien étaient organisées à Dodoma la capitale, en présence de milliers de personnes et de plusieurs chefs d’État africains. Des événements retransmis dans les médias de la région.

Avec notre correspondant à Nairobi, Sébastien Németh

Des milliers de personnes ont acclamé le passage du cercueil, drapé aux couleurs de la Tanzanie, à jusqu’à son arrivée au stade Jamhuri.

La dépouille a été déposée devant des milliers de personnes agglutinées dans les gradins sans aucune mesure barrière. John Magufuli était l’un des plus féroces corona-sceptiques d’Afrique. L’opposition affirme qu’il est d’ailleurs mort du Covid-19 même si officiellement il a succombé à une maladie cardiaque.

Dans leur uniforme rouge, plusieurs centaines de soldats des forces de défense ont paradé tandis que les jets de l’armée de l’air passaient dans le ciel.

► A lire aussi : Le président tanzanien John Magufuli est mort

Une dizaine de chefs d’Etat africains, principalement de l’Est du continent, étaient présents. Le Congolais Félix Tshisekedi a décrit John Magufuli comme un vrai défenseur de la cause africaine.

Le Sud-Africain Cyril Ramaphosa a décrit un combattant de la corruption et un champion des traditions africaines. Le Mozambicain Filipe Nyusi a promis qu’il resterait dans le cœur des gens.

Quant à la nouvelle présidente tanzanienne, Samia Suluhu Hassan, elle a salué la mémoire d’un homme croyant, ardent défenseur des pauvres. Un protecteur, un parent et un homme honnête. Elle a ajouté que c’était bien elle désormais qui était à la tête du pays. Une façon de faire taire les critiques pour la première femme présidente de l’histoire de la Tanzanie.

La dépouille de John Magufuli sera exposée aujourd’hui à Mwanza dans le Nord, avant son inhumation en fin de semaine à Chato, sa ville natale.

► A lire aussi : Tanzanie: après la mort de Magufuli, peut-on s'attendre à un assouplissement du régime?