Tanzanie: la présidente rencontre l'opposition, signe de réconciliation de la classe politique?

Vendredi, la présidente Samia Suluhu Hassan a organisé une rencontre avec la principale formation de l'opposition, le parti Chadema. Commentateurs et observateurs de la classe politique y voient déjà des signes de réchauffement.

La rencontre a eu lieu vendredi à la résidence officielle, à Dodoma, entre le parti au pouvoir et le principal parti d'opposition, Chadema.

Côté CCM, la présidente a pris la parole au nom de son parti, entourée de plusieurs personnalités influentes et de ministres. Côté opposition, la délégation était dirigée par le leader Freeman Mbowe, récemment blanchi par la justice qui le poursuivait pour des faits présumés de terrorisme et pour lesquels il a déjà purgé huit mois de prison.

Le parti Chadema est venu avec plusieurs requêtes bien précises: ce parti d'opposition réclame la rédaction d'une nouvelle Constitution, la création d'une commission électorale indépendante. Il a aussi demandé plus d'équité sur la scène politique et a soulevé la question des pressions contre les opposants forcés de s'exiler.

Aucune prise de décision n'a été formalisée côté présidence. Mais cette rencontre reste un symbole fort : elle concrétise une décrispation avec l'opposition. La présidente et le leader Freeman Mbowe se sont déjà entretenus à deux reprises ces derniers mois.

Les médias locaux vont jusqu'à évoquer un premier pas vers une réconciliation de la classe politique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles