Tanzanie: nouveau report du procès de Massaï accusés du meurtre d'un policier

En Tanzanie, l'audience d'une vingtaine de Massaï accusés du meurtre d'un policier, a été reporté une deuxième fois. Le procès devait reprendre le jeudi 14 juillet mais a été suspendu, les procureurs faisant savoir que leur enquête était toujours en cours. Les suspects, 25 hommes et deux femmes, sont poursuivis pour meurtre et complot après qu'un policier a été tué le 10 juin lors d'une manifestation contre un programme de relocalisation visant à protéger la faune dans la célèbre réserve naturelle de Ngorongoro. Les Massaï accusent le gouvernement de tenter de les forcer à quitter leurs terres pour organiser des safaris et des parties de chasse. Joseph Oleshangay, un membre des Massaï, et avocat de l'un des suspects, dénonce « un procès politique ».

« Douze des 27 suspects ont été arrêtés avant les crimes dont ils sont accusés, explique l'avocat, joint par Christina Okello de la rédaction Afrique. Ils étaient détenus à Arusha, et la victime aurait été tuée à Loliondo, à près de 300 kilomètres de là.

Comment c'est possible ? Cela doit être politique. Et tous sont en fait des personnes engagées en politique.

L'affaire a été portée devant une cour qui n'est pas compétente pour juger des affaires de meurtre. Faire comparaître des prévenus devant un tribunal qui n'est pas habilité à les juger, c'est une pratique courante en Tanzanie.

En revanche, concernant le chef d'accusation de complot, le tribunal d'Arusha est compétent. Nous ne comprenons donc pas pourquoi l'audience a été reportée deux fois. Si l'enquête est incomplète pour les faits de complot, ces chefs d'accusation doivent être abandonnés.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles