Tanzanie: l'opposition rejette à l'avance les résultats des élections

·2 min de lecture

Le 28 octobre, 29 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes en Tanzanie pour des élections présidentielle, législatives et locales. Le président John Magufuli est candidat à un second mandat de cinq ans. Alors que les résultats ont commencé à être donnés par la commission électorale ce jeudi, l’opposition a affirmé qu’elle ne les reconnaîtrait pas.

Avec notre correspondant dans la région, Sébastien Nemeth

« Cette élection est une arnaque complète », a déclaré Tundu Lissu. L’opposant, chef du parti ACT-Wazalendo et candidat à la présidentielle tanzanienne, a dénoncé « une fraude sans précédent dans l’histoire tanzanienne », parlant de violations multiples du code électoral.

Tundu Lissu a expliqué que ses observateurs avaient été empêchés d’accéder à des milliers de bureaux de vote, d’autres ont été autorisés mais six heures après le début de l’élection. « Le bourrage d’urnes avait déjà eu lieu », a-t-il déclaré, ajoutant que beaucoup d’agents n’avaient jamais reçu les procès-verbaux du vote.

« Accusations sans fondement »

Pour Tundu Lissu, « la volonté des Tanzaniens a été bafouée », « les résultats sont donc déjà illégitimes » et de ce fait, « l’opposition ne les reconnaîtra pas ». Il a d’ailleurs demandé à la communauté internationale de ne pas non plus reconnaître les résultats et de faire pression sur le gouvernement, la Commission électorale et les chefs des services de sécurité.

L’opposition a enfin appelé les citoyens « à prendre ce problème entre leurs mains à travers des actions et des manifestations massives et démocratiques ». Son avocat, Robert Amsterdam a lui annoncé avoir documenté ces fraudes et déposé des dossiers auprès de l’Union africaine (UA) et de l’organisation du Commonwealth.

Dans le territoire semi-autonome de Zanzibar, qui a voté mardi 27 octobre, le candidat d’opposition Maalim Seif Sharif Hamad a lui aussi appelé ce matin à des manifestations pacifiques. Mais selon son parti ACT, il aurait été arrêté peu après, avec son vice-président et des membres du comité central du mouvement.

Les fraudes ont déjà été démenties par la Commission électorale (NEC). Le président de l'institution, Semistocles Kaijage, a estimé que ces allégations n’étaient pas étayées. Il a donc demandé aux Tanzaniens d’ignorer ces « accusations sans fondement ».

► À lire aussi : Tanzanie: début des élections générales, l'opposition dénonce des irrégularités