Tanzanie : John Magufuli, "le bulldozer", en quête d'un second mandat présidentiel

franceinfo Afrique avec agences
·1 min de lecture

Les électeurs de la Tanzanie continentale (29 millions d'électeurs) et ceux de l'archipel semi-autonome de Zanzibar (566 000) choisissent mercredi 28 octobre 2020 leurs présidents et députés après une intense campagne électorale. A 60 ans, le président sortant John Magufuli, dont le premier mandat a été marqué par la répression de l'opposition et des libertés, est candidat à sa propre succession pour le compte de l'ex-parti unique, Chama Cha Mapidunzi (CCM, Parti de la révolution). Parmi les 15 candidats en lice, le principal challenger de l'actuel chef d'Etat tanzanien est le leader du parti d'opposition Chadema, Tundu Lissu, 52 ans, rentré au pays en juillet après trois années d'exil. Ce dernier y soignait 16 blessures par balles, reçues en 2017 lors de ce qu'il a dénoncé comme une tentative d'assassinat politiquement motivée.

Les dérives autocratiques du "bulldozer"

La Tanzanie a longtemps été vue comme un havre de stabilité dans une région est-africaine troublée. John Magufuli est arrivé au pouvoir en 2015 en se présentant comme un homme proche du peuple et déterminé à lutter contre la corruption. S'il a rempli certaines de ses promesses, en prenant notamment des décisions populaires ou en s'invitant dans les bureaux des fonctionnaires pour vérifier leur travail, le premier mandat du président Magufuli est surtout marqué par une dérive autoritaire et une restriction des libertés individuelles.

Une attitude (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi