"Tant que j'aurai la force physique, je continuerai à filmer l'injustice" : deux vidéastes racontent les violences policières dans les manifestations

Violaine Jaussent

Ils sont les témoins de violences policières dans les manifestations. Pedro Brito Da Fonseca, journaliste de l'agence audiovisuelle Premières Lignes, cherche à documenter l'utilisation du lanceur de balles de défense (LBD) 40 par les forces de l'ordre. Lelly Gijabet, elle, s'est formée sur le tas avec l'ambition de créer un média indépendant. Elle filme les manifestations du début à la fin et les diffuse en direct sur une page Facebook, suivie par près de 17 000 personnes. Tous deux ont accepté de raconter leur démarche à franceinfo.

Le 8 décembre 2018, Pedro Brito Da Fonseca, habitué à couvrir des conflits, de la révolution tunisienne à la guerre en Syrie, part photographier la quatrième manifestation des "gilets jaunes" organisée à Paris. "Une des premières images que je tourne, c'est presque un incident de tournage. Je me dirige vers le milieu des Champs-Elysées, vers le milieu de la route. Je suis en train de filmer un groupe de personnes qui est là, qui sont inoffensifs, raconte-t-il. A un moment, j'entends plusieurs "ploc" qui sont des tirs de LBD 40 et, à ce moment-là, je vois un homme qui s'effondre dans mon cadre."

Pedro Brito Da Fonseca se dirige vers lui. "Je le vois qui tient son bras, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi