Tampons Des règles opaques

Libération.fr

De plus en plus suspectées de causer des chocs toxiques, les protections périodiques sont dans le collimateur. Que contiennent-elles vraiment ? Les industriels ne jouent pas la transparence, profitant du statut non médical des tampons et de normes pas très sourcilleuses.


Le 25 novembre 2015, Sarah, 19 ans, est victime d’un syndrome de choc toxique (SCT). Enfoncée dans le siège passager, elle n’a pas le temps de demander à son père de stopper la voiture et vomit par la fenêtre. En l’espace d’une heure, elle régurgitera par douze fois. Au cours de la journée, d’autres symptômes se manifestent : étourdissements, lèvres et bout des doigts violacés, plaques rouges sur tout le corps. A l’époque, elle ne connaît rien de ce syndrome - pas plus que les médecins - et passe trois jours en soins intensifs. Pourtant, son rapport médical confirmera que celui-ci est directement lié à son tampon hygiénique. Imbibé de sang, il a favorisé la prolifération de staphylocoques dorés qui ont produit une toxine. Cette toxine est alors passée de la muqueuse vaginale au sang, induisant ainsi le choc toxique. Une infection liée à la composante de son tampon ?


Pour l’heure, impossible de le savoir. D’après le Dr Gérard Lina, biologiste au CHU de Lyon qui s’est lancé dans une étude sur les tampons, «le choc toxique réapparaît depuis quelques années, laissant penser que cela pourrait être dû à la composition ou à la forme du tampon, tout comme à une mauvaise utilisation. En tout cas il y a quelque chose d’anormal.» En 1990, aucun cas de syndrome du choc toxique n’était recensé en France. Depuis, on note une recrudescence des signalements de SCT : 5 cas en 2004, 19 en 2011 et 22 en 2014.

Pour répondre aux nombreux bad buzz qui entourent désormais les tampons, un porte-parole de Tampax, le leader du marché des tampons (11 milliards de dollars de bénéfices en 2014), avait annoncé en janvier qu’il donnerait la composition exacte de ses produits au printemps. En réalité, la marque nous affirme qu’elle (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Retirer son préservatif sans prévenir, une forme de viol
Vous votez Macron à contre-cœur ? Votre témoignage nous intéresse
Le Pen à l’attaque sur le terrain, mise en garde de Hollande
Au procès Heaulme : «Montigny, c’est pas moi»
Photographe arrêté à Hénin-Beaumont : «On a voulu m'intimider»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages