Les talibans n'ont "aucune légitimité" en Afghanistan, selon l'ambassadeur en France

·3 min de lecture
Mohammad Homayoon Azizi, ambassadeur d'Afghanistan en France, le 18 août 2021 - BFMTV
Mohammad Homayoon Azizi, ambassadeur d'Afghanistan en France, le 18 août 2021 - BFMTV

Quelques jours après que l'Afghanistan soit tombé aux mains des talibans à la suite de la prise de la capitale Kaboul, plusieurs dirigeants européens estiment que ces derniers ont gagné la guerre, et que l'autoproclamé Émirat islamique d'Afghanistan devra désormais faire ses preuves. Une direction qui n'est pas du goût de Mohammad Homayoon Azizi, ambassadeur de la République islamique d'Afghanistan en France, qui à l'antenne de BFMTV a appelé la communauté internationale à réagir rapidement.

"Nous représentons ici la République Islamique d'Afghanistan parce que notre gouvernement appuie sa légitimité sur une élection démocratique. Dû aux circonstances récentes, notre président a dû quitter le pays, mais c’est encore le gouvernement légitime selon le droit international", martèle-t-il, rappelant que "selon le droit international lorsqu’un pays, un territoire est capturé par des forces armées, celles-ci n’ont aucune légitimité nationale ou internationale."

Interrogé sur qui il représente actuellement, le pouvoir élu ou les talibans, ce dernier a d'ailleurs une réponse claire et définitive.

"Je représente ici la République Islamique d'Afghanistan et non pas l’administration actuelle, car celui-ci n’a aucune légitimité. Ils ont essayé par la force de forcer notre président à renoncer à son poste afin d’obtenir une légitimité, c’est ce qu’on fait les talibans ces derniers mois", ajoute-t-il.

Appel à la communauté internationale

Dans la suite de son propos, Mohammad Homayoon Azizi a, à plusieurs reprises, tancé la communauté internationale qui selon lui a laissé les talibans s'emparer du pouvoir. "Comment arrive-t-on au pouvoir par la force, est-ce acceptable? Comment la communauté internationale peut-elle accepter qu’un pays soit pris par la force", poursuit-il.

"Nous attendions de la France qu’elle accomplisse ses responsabilités et obligations internationales car elle en a vis à vis des états qui affrontent des menaces et des problèmes", a-t-il poursuivi. "Nous attendons que la France défende les valeurs démocratiques et les droits de l’homme et les valeurs comme les droits des femmes et des enfants.

Tout ce que nous avons réussi à obtenir ces dernières années, ce sont des valeurs que partage le peuple afghan avec la communauté internationale, nous sommes à un moment où il faut cette communauté fasse pression pour affronter la cause profonde du problème", insiste-t-il.

"Une menace mondiale"

Dans une ultime tentative d'appeler la communauté internationale à ne pas reconnaître le régime taliban, l'ambassadeur a estimé que les récents événements afghans auront une répercussion bien au-delà des frontières.

"Je préviens la communauté internationale que ce qui se passe aujourd’hui en Afghanistan ne restera pas dans les limites du pays de par la présence de dizaines d’organisations terroristes en Afghanistan et au Pakistan, et du fait que le problème en Afghanistan est un problème régional avec une dimension mondiale. Les conséquences de ce qui arrive seront mondiales, nous sommes face à une menace mondiale", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles