Talibans. Le mollah Akhund prend les rênes d’un régime afghan calqué sur le modèle iranien

·1 min de lecture

Cet ancien ministre des Affaires étrangères du précédent régime taliban dirigera le pays sous l’œil du religieux Mawlawi Haibatullah Akhundzada. Ce dernier, successeur du mollah Mansour à la tête des talibans, est désormais “leader suprême” du pays.

Il aura finalement fallu huit jours après le départ du dernier soldat américain d’Afghanistan, et moins de quarante-huit heures après la prise de contrôle de la vallée du Panshir, pour que les talibans dévoilent la composition du gouvernement intérimaire qui va désormais diriger le pays.

Mardi 7 septembre en fin de journée, le mouvement islamiste a annoncé que Mawlawi Haibatullah Akhundzada devenait le “leader suprême” de “l’Émirat islamique d’Afghanistan”, rapporte le site d’information Gandhara.

À lire aussi: Résistance. En Afghanistan, ces femmes qui défient les talibans dans la rue

Cet homme à l’érudition davantage religieuse que militaire, réputé être “un sunnite radical”, dirigeait les talibans depuis la mort du mollah Mansour, tué par un drone américain en 2016 – il avait lui-même succédé en 2013 au premier dirigeant du mouvement insurgé, le mollah Omar.

Taliban de la première heure

“Âgé de 55 ans”, Mawlawi Haibatullah Akhundzada est un taliban de la première heure, tout comme le mollah Mohammad Hassan Akhund, qui prend pour sa part les rênes exécutives du pays.

Un rôle que nombre d’experts promettaient ces derniers jours au mollah Abdul Ghani Baradar, cofondateur des talibans et chef de file des pourparlers de paix qui avaient été lancés à Doha en septembre 2020 avec le gouvernement afghan d’alors,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles