Taipei dénonce le «harcèlement» de Pékin après une incursion aérienne record

·1 min de lecture

Un nombre record d’avions militaires chinois est entré ce vendredi 1er octobre aux portes de l’espace aérien taïwanais. La manœuvre s'inscrit dans un contexte de menaces grandissantes de Pékin à l'égard de Taïwan, archipel autonome et démocratique de 24 millions d'habitants revendiqué par la Chine.

Avec notre correspondant à Taipei, Adrien Simorre

38 avions, dont deux bombardiers capables de transporter l’arme nucléaire. C’est le nombre d’appareils militaires chinois identifiés, ce vendredi, par l’armée taïwanaise au sein de son espace d’identification aérienne.

Un nombre record que Pékin n’a pas commenté, mais qui s’est immédiatement attiré les foudres du gouvernement de Taipei.

Il s’agit d’un acte « belliqueux » s’inscrivant dans une stratégie de « harcèlement » de Pékin, a ainsi dénoncé ce matin le Premier ministre taïwanais.

À lire aussi : Taïwan: le candidat favori de Pékin échoue à présider l’opposition

Mécontentement de Pékin

Ces manœuvres chinoises sont devenues quasi-quotidiennes depuis la réélection de la présidente Tsai Ing-wen en janvier 2020. Comme la majorité des Taïwanais, la dirigeante rejette catégoriquement les revendications chinoises.

Depuis, Pékin utilise ces incursions pour exprimer son mécontentement ou à l’occasion de dates symboliques, comme ce 1er octobre, jour de la fête nationale chinoise.

Le dernier record d'incursions aériennes remontait au 15 juin dernier, avec le passage de 28 avions chinois. La veille, les pays du G7 avaient souligné « l’importance de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan ».

À lire également : Taïwan renforcé par l’alliance entre Canberra, Washington et Londres

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles