Taha Bouhafs au tribunal pour avoir qualifié la policière Linda Kebbab d"Arabe de service"

·1 min de lecture

Peut-on être militant antiraciste et condamné pour racisme ? Ce mercredi, le journaliste Taha Bouhafs comparaîtra au tribunal de Paris pour un tweet dans lequel il qualifie la policière et syndicaliste Linda Kebbab d'"arabe de service".

Un militant antiraciste jugé pour injure raciste. C'est le drôle de procès qui devrait se tenir ce mercredi 7 avril 2021 devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris. Le journaliste du Média Taha Bouhafs devra répondre d'un tweet publié le 3 juin 2020 dans lequel il qualifie la policière et syndicaliste Linda Kebbab d'" arabe de service ". Il est poursuivi pour " délit d'injure publique (…) à raison de son origine ".J’apprends que madame Kebbab @lindakebbab décide de porter plainte contre moi suite à ce tweet. Très bien, je serais ravi de pouvoir expliquer en détail devant un tribunal, les raisons qui m’amènent à dire que cette femme est une ar*be de service.Vive la liberté d’expression. pic.twitter.com/nOrDKkejLO— Taha Bouhafs 🔻 (@T_Bouhafs) June 4, 2020 Rappel des faits. Le 2 juin 2020, une manifestation contre les violences policières rassemble 17 000 personnes devant le palais de justice de Paris, à l'initiative du comité Vérité et Justice pour Adama, en écho à l'affaire George Floyd, tué à Minneapolis le mois précédent, par un policier qui avait plaqué son genou contre sa gorge pendant plus de neuf minutes.L'affaire Adama Traoré en arrière-planInvitée sur FranceInfo le lendemain, Linda Kebbab...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Linda Kebbab : "Je déplore la lâcheté de Taha Bouhafs"

Pris pour cible, Reporters sans frontières dénonce les tweets de Taha Bouhafs…et Darmanin compte les points

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"