Le Tadjikistan et le Kirghizistan s'accusent de violation d'un cessez-le-feu

© VYACHESLAV OSELEDKO / AFP

Le Tadjikistan et le Kirghizistan se sont accusés mutuellement vendredi d'avoir violé le cessez-le-feu en vigueur à la frontière depuis 16h et convenus par leurs présidents respectifs après de violents combats dans la journée.

"Malgré une réunion entre dirigeants et l'annonce du cessez-le-feu, la partie kirghize a commencé à tirer (...) en direction de trois villages du Tadjikistan", ont dénoncé les garde-frontières tadjiks. "Violant les accords conclus, la partie tadjike a de nouveau ouvert le feu sur les positions des garde-frontières", ont dénoncé leurs homologues kirghiz, jugeant la situation "toujours tendue".

La Russie exprime sa "préoccupation"

Ce cessez-le-feu était intervenu après une escalade des affrontements à la frontière entre ces deux anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale qui a fait plus de 30 blessés. Si des heurts ont régulièrement lieu à la frontière entre ces deux pays empêtrés depuis des années dans une dispute territoriale, les dernières violences ont marqué une aggravation notable.

La Russie a exprimé vendredi sa "préoccupation" au sujet des violences, son ministère des Affaires étrangères appelant "les deux parties à prendre des mesures exhaustives et urgentes pour (...) mettre fin à toute tentative d'escalade". Selon Bichkek, les forces tadjikes ont bombardé vendredi la ville frontalière de Batken, située dans le sud-ouest du Kirghizistan, dans une zone contestée entre les deux pays.

50 morts en 2021

"Les abords de l'aéroport de Batken et...


Lire la suite sur Europe1