Le Tadjikistan demande l'aide de Moscou pour la sécurité à sa frontière

·2 min de lecture
LE TADJIKISTAN DEMANDE L'AIDE DE MOSCOU POUR LA SÉCURITÉ À SA FRONTIÈRE

MOSCOU (Reuters) - Le Tadjikistan a demandé mercredi aux membres de l'Organisation du traité de sécurité collective (OSTC), qui regroupe la Russie et cinq autres anciennes républiques soviétiques, de l'aider à assurer la sécurité à sa frontière avec l'Afghanistan, où des combats entre forces gouvernementales et taliban ont provoqué un exode de soldats et de civils sur son territoire.

Le représentant du Tadjikistan à l'OSTC, Hassan Soultonov, a déclaré que son pays ne pouvait pas faire face à l'instabilité actuelle sans une assistance extérieure.

"En raison de la situation actuelle dans la région, de l'éloignement et du terrain montagneux de certaines parties de la zone frontalière avec l'Afghanistan, faire face à ce défi seuls nous semble difficile", a-t-il expliqué.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a déclaré que Moscou était prêt à utiliser les ressources de sa base militaire au Tadjikistan, l'une des plus grandes de la Russie à l'étranger, pour assurer la sécurité de ses alliés régionaux.

Le Tadjikistan a accueilli plus de 1.000 réfugiés civils fuyant les violences dans la province afghane du Badakhchan de l'autre côté de la frontière, a déclaré mercredi le gouvernement de la province autonome tadjike du Haut-Badakhchan.

Il s'agit de la première confirmation officielle du Tadjikistan que les récents affrontements dans le nord de l'Afghanistan entre forces gouvernementales et taliban ont provoqué une vague d'exode de civils vers l'ancienne république soviétique.

Les réfugiés, dont la plupart sont des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont été placés dans des "endroits sûrs", a fait savoir le gouvernement de la province.

Les autorités du Tadjikistan sont en contact avec des agences des Nations unies et les Services de santé Aga Khan pour fournir nourriture et soins de santé à ces réfugiés.

Le Tadjikistan a également accueilli, à titre temporaire, des centaines de militaires afghans ayant fui leurs positions dans le nord du pays où la majeure partie du territoire semble désormais être aux mains des taliban.

La situation sécuritaire en Afghanistan s'est rapidement détériorée ce mois-ci alors que les troupes américaines et de l'Otan se retirent progressivement, après vingt ans de présence dans le pays.

(Nazarali Pirnazarov; version française Lucinda Langlands-Perry et Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean Terzian)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles