Un tableau rare de Claude Monet présenté à Tours avant sa vente aux enchères

Quatorze. En dix ans, c'est le nombre de toiles signées Claude Monet vendues en France. Si le maître de l'impressionnisme anime les plus grandes ventes à New York ou à Londres, dans son pays d'origine, les enchères le concernant sont une rareté. Voilà ce qui explique l'enthousiasme suscité par la vente organisée par la maison d'enchères Rouillac le 6 juin prochain au château d'Artigny en Indre-et-Loire. Une vente exceptionnelle qui valait bien une présentation en grande pompe : la toile en provenance du Japon, vient d'être dévoilée à la presse au cours d'une cérémonie au Musée des Beaux-Arts de Tours.À les voir s'agiter autour de la caisse, on croirait deux enfants sur le point de déballer leur cadeau de Noël. Les commissaires-priseurs Philippe et Aymeric Rouillac n'en reviennent pas. Un collectionneur japonais a choisi leur maison d'enchères pour mettre en vente une oeuvre rare de Claude Monet. Rare par sa qualité d'abord. Tout le génie de l'artiste s'exprime à travers une symphonie de couleurs qui rend hommage à Dieppe, ville où Monet a passé plusieurs étés durant sa jeunesse. Une explosion de bleu, de vert et de rouge qui enthousiasme les Rouillac père et fils. Un enthousiasme dû également au côté exceptionnel de cette vente.Depuis 10 ans, sur 450 tableaux, seulement 14 se sont vendus en France Aymeric Rouillac commissaire-priseurEt pour marquer l'événement, la Maison Rouillac a choisi le Musée des Beaux-Arts de Tours. Devant un parterre de journalistes, l'oeuvre a été dévoilée au cours d'une mise en scène parfaitement rodée. L'occasion de présenter le tableau bien sûr, mais aussi d'attirer l'attention du public sur les lieux de culture soumis à rude épreuve par la crise sanitaire. "Ça crée l'événement, souligne la directrice du musée Hélène Jagot, on revoit des gens qui se réintéressent au musée, on a envie de les voir revenir, de les voir s'émerveiller comme les journalistes aujourd'hui devant ce tableau. Ça crée de l'envie." Mise à prix à un million d'euros Dévoilée au public en 1940, soit quatorze ans après la mort de Monet, Dieppe a passé 50 ans aux États-Unis avant d'intégrer diverses collections privées. L'oeuvre sera vendue aux enchères au cours de la garden party annuelle de la Maison Rouillac le 6 juin prochain au château d'Artigny en Touraine. Mise à prix : un million d'euros. Une somme plancher qui devrait être largement dépassée. En mai 2019 à New York, une autre toile de Claude Monet, Meules, avait été adjugée 110,7 millions de dollars (98,7 millions d'euros) par Sotheby's.