Table rallongée, pulls et petit comité : comment les épidémiologistes vont passer Noël

·1 min de lecture

"Évidemment, je me fais traiter d'ayatollah ou de harceleur." Pas facile d'organiser les fêtes de fin d'année en période de Covid-19 quand on est professionnel de santé ! Le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Tenon, en sait quelque chose. Lui a demandé aux étudiants de sa famille de limiter leurs sorties et de se faire tester avant les fêtes, quitte à passer pour le rabat-joie de service. Mais c'est pour la bonne cause. "On est à 98% de PCR obtenues à 24-48 heures" du réveillon, se félicite le spécialiste. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation jeudi 24 décembre

"On va ressortir nos pulls moches puisqu'il va falloir aérer"

Car les médecins, épidémiologistes, spécialistes des maladies infectieuses qui, depuis le début de l'épidémie, expliquent et font de la pédagogique, se doivent d'être exemplaires. Ils ont donc, comme tout le monde, changé leurs habitudes pour ces fêtes de Noël. Cinq adultes autour de la table chez le professeur Jean-Daniel Lelièvre, spécialiste des vaccins. Sept convives chez Martin Blachier, qui a renoncé à inviter le grand-père de 85 ans et le joindra plutôt par téléphone. Chez le professeur Pialoux, la table du repas a été "rallongée du double" pour respecter la distanciation physique nécessaire.

Chez le docteur Hélène Rossinot, médecin de santé publique, qui réveillonnera à Nancy, la fête se fera à trois... et bien habillé. "On va ressortir nos pulls de Noël très moches puisq...


Lire la suite sur Europe1