Tabassage de Michel Zecler : les quatre policiers présentés à la justice

·1 min de lecture

Ils ont été présentés à la justice dimanche à la mi-journée. Les quatre policiers impliqués dans des violences à l’encontre d’un producteur noir de musique, le 21 novembre à Paris, étaient entendus depuis vendredi par l’inspection générale de la Police nationale (IGPN) dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet de Paris pour "violences par personne dépositaire de l’autorité publique" et "faux en écriture publique". Le déferlement de coups dont a été victime Michel Zecler reste en partie inexpliqué.

Selon Leparisien.fr, les trois policiers mis en cause dans le tabassage de Michel Zecler ont nié avoir tenu des propos racistes et maintenu que leur opération était liée à une suspicion de détention de stupéfiants. S’il y avait bien du cannabis dans la sacoche du producteur de musique, il était en quantité négligeable, peu susceptible d’être repéré à l’odeur, comme l’ont prétendu les policiers. Les deux vidéos des violences diffusées par le site Loopsider contredisent sur plusieurs points leurs déclarations.

Les policiers n’avaient pas le droit d’entrer dans le studio de Michel Zecler

Surtout, ils n’avaient pas le droit d’entrer dans le studio de Michel Zecler, où celui-ci avait tenté de se retrancher. Ce producteur de 41 ans, comme il l’a lui-même révélé, a déjà été sanctionné par la justice. Il a été condamné à plusieurs reprises pour des faits de vol, mais en 1999, lorsqu’il avait 20 ans.

"Mon client espère que ses agresseurs ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles