Taïwan: le président élu assure que le pays restera "du côté de la démocratie"

L'indépendantiste Lai Ching-te, qui a remporté ce samedi 13 janvier l'élection présidentielle à Taïwan, a assuré après sa victoire que le pays resterait "du côté de la démocratie", saluant "un nouveau chapitre dans (la) démocratie" de l'île, malgré les menaces de Pékin qui en revendique la souveraineté.

"Je veux remercier le peuple taïwanais pour avoir écrit un nouveau chapitre dans notre démocratie", a-t-il déclaré, car "nous disons à la communauté internationale qu'entre la démocratie et l'autoritarisme, nous serons du côté de la démocratie".

Vice-président sortant, Lai Ching-te, du Parti démocrate progressiste (DPP), est crédité de 40,2% des voix, selon des estimations officielles partielles, ce samedi.

Critiqué par la Chine comme un "grave danger" en raison de ses positions en faveur de l'indépendance de Taïwan, Lai Ching-te, 64 ans, s'est imposé face son principal opposant Hou Yu-ih, 66 ans, candidat du Kuomintang (KMT) qui prône un rapprochement avec Pékin.

"Protéger Taïwan des menaces" chinoises

Taïwan "a résisté aux efforts des forces extérieures pour influencer cette élection", a affirmé Lai Ching-te dans son discours de victoire, dans une référence voilée à la Chine qui revendique l'île.

"Nous sommes convaincus que seul le peuple taïwanais a le droit de choisir son propre président", a-t-il encore soutenu.

"Nous sommes déterminés à protéger Taïwan des menaces et intimidations continuelles de la Chine", a-t-il déclaré face à ses partisans, promettant toutefois de "poursuivre les échanges et la coopération avec la Chine".

L'Union européenne a "salué" la tenue des élections présidentielle et législatives à Taïwan et a "félicité" dans un communiqué "tous les électeurs ayant participé à cet exercice démocratique", mais sans mentionner le président élu Lai Ching-te.

Article original publié sur BFMTV.com