Taïwan où j'enseigne a offert au monde une leçon contre le coronavirus

Jean-Marc Egly

Il est parfois utile de regarder les autres, leurs difficultés ou leurs succès. Chercheur dans un des domaines on ne peut plus fondamental concernant la lecture des gènes, les hasards de la recherche m’ont conduit à Taipei, en tant que Professeur au College of Medicine de la prestigieuse National Taiwan University (NTU). Toujours empreint de la grandeur de la vielle Europe, je me suis retrouvé à vivre une actualité dont personne ne voulait et ai tenté de comprendre le déroulé de ces quelques mois qui ont ébranlé notre monde.

Comment un petit pays, rejeté en grande partie par la communauté internationale, sur un scénario écrit par la Chine, a réussi à maîtriser cette crise sanitaire. Une partie des réponses m’ont été fournies par Chien-Jen Chen, Vice-Président de la République de Taïwan jusqu’à il y a quelques jours, et par ailleurs Professeur à la NTU. Ce personnage fascinant a vécu l’épisode SARS en 2003 et H1N1 en 2009, en tant que Ministre de la Santé, et a été certainement la clé de voûte du succès d’aujourd’hui. Fort d’une expérience passée, il a initié plusieurs décisions, conforté par une loi d’urgence sanitaire, dont la désignation d’hôpitaux d’intervention ou d’isolement qui permettaient de différencier les patients hospitalisés de ceux en consultation externe ou en urgences et d’éviter des contacts hasardeux. A eux la surveillance des maladies transmissibles, l’optimisation des protocoles d’isolement et de quarantaine pour toute personne débarquant à Taiwan ainsi que la gestion des stocks en besoin médicaux. A l’état, celui d’augmenter le nombre de médecins spécialisés dans les maladies infectieuses et de protéger le personnel hospitalier. Au Bureau de la Coopération Internationale, celui de pister l’information et de maintenir les contacts internationaux. A noter que la toute récente session de l’OMS n’a pas rendu à Taiwan son poste d’observateur.

Ainsi, le 31 décembre, suite à la détection de cas suspects d’une maladie similaire au SRAS par les...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post