Taïwan, l’autre front ?

Courrier international

“Vous n’avez pas voulu intervenir dans le conflit militaire ukrainien pour des raisons évidentes. Seriez-vous prêt à intervenir militairement pour défendre Taïwan si c’était nécessaire ? — Oui.”

Nouvelle gaffe ou signe d’un véritable virage américain sur Taïwan ? Le 23 mai, lors de sa tournée en Asie, Joe Biden aurait surpris jusqu’à ses proches conseillers en répondant à un journaliste qui l’interrogeait sur sa politique dans la région. Des propos immédiatement nuancés par la Maison-Blanche mais qui, pour The New York Times, traduisent bien l’état d’esprit du président américain. Un chroniqueur conservateur du journal insiste :

“Ne croyez pas au discours diplomatique selon lequel il n’y a rien de nouveau sous le soleil, N’allez pas vous imaginer que le président ne savait pas ce qu’il faisait. […] Il a fait preuve d’un vrai sens de l’histoire […] et sait qu’après l’invasion de l’Ukraine par la Russie les règles ne sont plus les mêmes.”

Y a-t-il un réel changement dans la position américaine jusque-là fondée sur une ambiguïté stratégique ? L’enlisement de l’armée russe depuis trois mois peut-il pousser la Chine à revoir son scénario d’une réunification avec Taipei ? Comment Pékin prend-il ce changement de ton de Washington ? Quelles leçons les Taïwanais eux-mêmes tirent-ils de ce qu’il se passe aujourd’hui en Ukraine ? C’est à toutes ces questions que nous tentons de répondre dans ce dossier.

Alors que l’armée chinoise maintient une pression constante sur l’île de 23 millions d’habitants avec des survols réguliers de son espace aérien, les Taïwanais observent avec attention la résistance ukrainienne contre un adversaire bien plus puissant et adaptent leur stratégie. C’est ce qu’a constaté l’envoyé spécial du Spectator dans l’île. Dans le reportage qui ouvre notre dossier, Ian Williams raconte comment la crise en Europe a accéléré les choses :

“La résistance ukrainienne et la vitesse à laquelle les citoyens ordinaires sont devenus des combattants de guérilla armés de missiles portatifs ont conforté Taïwan dans sa stratégie du porc-épic.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles