Taïwan, film à scandale, et coopération Venezuela-Iran : les informations de la nuit

CAROLINE CHIA / REUTERS

La Chine se battra “jusqu’au bout” pour empêcher Taïwan d’être indépendante. Le ministre chinois de la Défense a martelé dimanche que la Chine n’avait aucunement l’intention de laisser Taïwan hors de son orbite, et accusé les États-Unis “d’interférer” dans les affaires de la région Asie-Pacifique, rapporte The Guardian. “Nous nous battrons à tout prix, et jusqu’au bout” pour empêcher l’indépendance de Taïwan, “c’est le seul choix possible pour la Chine”, a déclaré Wei Fenghe lors du forum de Shangri-La sur la sécurité, à Singapour. “Ceux qui poursuivent l’indépendance de Taïwan dans le but de diviser la Chine n’arriveront certainement pas à leurs fins” et “personne ne devrait jamais sous-estimer la détermination et la capacité des forces armées chinoises à sauvegarder son intégrité territoriale”, a-t-il ajouté. Le ministre taïwanais des Affaires étrangères a qualifié d’“absurde” la déclaration de Wei Fenghe, et remercié les États-Unis pour leur soutien. Samedi, Washington a accusé Pékin de mener une activité militaire “provocatrice et déstabilisante” près de Taïwan.

Un film sur la fille de Mahomet secoue le Royaume-Uni et le monde arabe. “La Dame du Paradis”, un film sur la fille du prophète Mahomet sorti le 3 juin au Royaume-Uni, a été retiré des salles cette semaine par son distributeur, après plusieurs manifestations de groupes musulmans jugeant le film blasphématoire. Samedi, la controverse a coûté à l’imam de Leeds, qui avait soutenu les manifestations, son poste de conseiller sur l’islamophobie auprès du gouvernement britannique, selon The Telegraph. “Cette implication dans une campagne limitant la liberté d’expression est incompatible avec le rôle de conseil du gouvernement”, a justifié Downing Street. Le film, réalisé par Eli King, a également suscité la colère de plusieurs pays musulmans, parmi lesquels l’Égypte, le Pakistan, l’Iran et l’Irak. Samedi, les autorités marocaines ont à leur tour interdit la projection du film, quelques heures après que le Conseil supérieur des oulémas – l’instance officielle chargée d’émettre les avis religieux – a “fermement condamné” le contenu du film.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles