Taïwan : exercices militaires de la Chine suite à la visite de N. Pelosi

Taïwan : exercices militaires de la Chine suite à la visite de N. Pelosi

Tensions autour de la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi.

Celle qui critique depuis longtemps la situation des droits de l'homme en Chine est venue apporter son soutien à la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen : "Notre délégation est venue ici pour envoyer un message sans équivoque : L'Amérique est solidaire de Taïwan."

La réaction chinoise ne s’est pas fait attendre avec une série d'exercices militaires autour de l'île et la mise en place de sanctions économiques. La Chine a annoncé ce mercredi suspendre l'importation de certains fruits et poissons de Taïwan, ainsi que l'exportation de sable vers l'île. L'ambassadeur des Etats-Unis en Chine, Nicholas Burns, a également été convoqué pour s’expliquer.

Pékin considère Taïwan comme faisant partie de son territoire et s'oppose à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale. La télévision d'Etat chinoise a fermement condamné cette visite, considérée comme une provocation majeure.

De son côté, la Maison Blanche tente de faire baisser la température. Le voyage de Nancy Pelosi n’a pas reçu le soutien de Joe Biden, qui reconnaît toutefois le droit indépendant de la femme politique américaine la plus haut placée à visiter Taïwan depuis 25 ans.

Le Japon s'est quant à lui dit "préoccupé" par les exercices chinois, affirmant que certains allaient empiéter sur sa zone économique exclusive (ZEE). La Corée du Sud, prochaine étape de la tournée asiatique de Mme Pelosi mercredi soir, a de son côté lancé un appel au calme.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles