Taïwan: début du festival Golden Horses, véritable rempart contre l'emprise chinoise

© 59th Golden Horse Film Awards / AFP

À Taïwan débute samedi 19 novembre le festival du cinéma Golden Horses : ce festival surnommé « les Oscars en langue chinoise » est devenu un véritable rempart contre la censure et l’emprise de Pékin, de plus en plus forts, laissant la grande place aux films pro-démocratie, notamment.

Quand on est un réalisateur chinois ou hongkongais, où peut-on montrer ses films sans être confronté à la censure de Pékin ? À Taïwan, le festival Golden Horses est une véritable bulle d’oxygène, qui encourage les cinéastes à produire des films en toute liberté.

Sept films de réalisateurs hongkongais

Les réalisateurs hongkongais en profitent : ils sont présents avec sept films pour cette 59e édition du festival, et notamment avec le thriller Limbo qui part favori. Ce film sur le mouvement pro-démocratie est nommé dans la catégorie du meilleur documentaire.

Trois films chinois traitent des sujets qui ne pourraient pas être montrés dans les salles obscures de leur pays d’origine. Le court métrage Frontier fait entendre la voix de la minorité ouïghoure persécuté par l’Empire du milieu. L'homosexualité est aussi le thème du documentaire Will you look at me, et dans Silence in the dust, l’on suit des ouvriers souffrant de la pollution industrielle.

Absence des films chinois grand public


Lire la suite sur RFI