Taïwan commémore la répression de Tiananmen avec une pensée pour Hong Kong

C'est aujourd'hui la 33e commémoration du massacre de Tiananmen, répression qui coûta la vie à plusieurs centaines, voire plusieurs milliers, selon les estimations, de manifestants à Pékin en 1989. En Chine, cette mémoire est évidement censurée, mais aussi à Hong Kong depuis la reprise en main de la ville par les autorités chinoises. Ce n'est pas le cas à Taïwan, archipel démocratique de 23 millions d'habitants situé au large de la Chine.

Avec notre correspondant à Taipei, Adrien Simorre

Des centaines de bougies sur la place de la liberté de Taipei. Comme chaque année, Taïwan a veillé en hommage aux victimes de Tiananmen. Cette cérémonie est particulière pour monsieur Fu, hongkongais de 75 ans. « Cette année, c'est interdit d'organiser cette commémoration à Hong Kong, rappelle-t-il. Mais à Taïwan, il y a la démocratie, la liberté d'expression. C'était indispensable que je sois ici. »

Drapeaux de soutien à Hong Kong, mais aussi au Tibet ou au Xinjiang. L'évènement est aussi une tribune pour toutes les voix réprimées par Pékin.

Casquette noire sur la tête, cette étudiante chinoise souhaite rester anonyme : « Ce n'est qu'après être arrivé à Taïwan que j'ai vraiment compris ce qu'il s'était passé à Tiananmen. J'ai compris que ces étudiants étaient comme moi, de jeunes chinois qui voulaient simplement avoir le droit à la liberté d'expression. Cela a eu un grand impact sur ma vie. »

Une copie de la statue de la Honte érigée à Taipei


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles